A propos du « nez juif »…

https://assawra.blogspot.fr/2018/05/a-propos-du-nez-juif.html
= extrait
Le « Nez juif » n’est qu’un prétexte… un alibi qui devient l’autre personnage principal, le compagnon de route.
La déclinaison est brutale et surprenante.
La réplique est croustillante comme chez Brecht ou Kafka… selon la culture du lecteur.
En tout cas l’absurde n’est jamais loin.
=

Des politiques blancs comme neige – La Vie des idées

http://www.laviedesidees.fr/Des-politiques-blancs-comme-neige.html
= extrait
Il n’y a pas qu’en France que la moralisation de la vie publique est devenue une urgence civique. Partout en Europe scandales et affaires déstabilisent les régimes démocratiques depuis 1989. La lutte contre la corruption supplanterait-elle les anciens clivages idéologiques?

Emmanuel 1er, roi d’la casse! | L’Humanité

https://www.humanite.fr/emmanuel-1er-roi-dla-casse-654935
= extrait
Un an après son élection, le président Macron offre en bilan des riches courtisés, un chômage en baisse insuffisante pour être perçue, et une brutalité de l’exercice du pouvoir. Sous l’apparence de rupture, un ancien monde persiste.
=
http://tiny.ph/mvHw -> un despote masqué

Transparence | L’Humanité

= extrait 1
Après avoir rappelé et engagé des réformes sur les régimes de retraite en déficit, les parlementaires refusent toujours d’être soumis au régime de retraite de la majorité des Français. La contradiction éclatante perdure, la dernière réforme acceptée ayant accouché d’une souris, comme le rappelle Hervé Lebreton dans Je veux vivre en démocratie (Max Milo, 2017) : la double cotisation « obligatoire » permettant à un député de toucher 1 500 euros après cinq ans de mandature, 3 000 euros après dix ans et 4 500 euros après quinze ans n’est plus obligatoire mais « facultative ».
= source
https://www.humanite.fr/transparence-654826
= extrait 2
Autrement dit, la démocratie électorale ne représente qu’une petite partie de l’exercice démocratique, il est temps de créer des outils de démocratie directe et participative permettant de gérer au mieux les deniers publics. L’association Pour une démocratie directe, présidée par Lebreton, propose onze « réformes », dont celles-ci : suppression de la pratique de la réserve parlementaire, signalement au Parquet national financier des cas d’enrichissement personnel grâce à l’argent public, suppression des indemnités spéciales de fonction ou de résidence, achat gestion par l’Assemblée nationale des permanences parlementaires, etc. À vos adhésions, cela coûte 5 euros par an, pour un engagement citoyen plus capacitaire.
=
https://www.humanite.fr/auteurs/cynthia-fleury-591738
=