Cette « souveraineté » proposée par Jean Moulin au peuple français en 1943, et dont aujourd’hui celui-ci, complètement avachi, se fiche comme de l’an 40…

Une France à refaire... si possible

En février 1943, Jean Moulin, venu à Londres, avait contraint Charles de Gaulle à faire figurer l’adverbe « souverainement » dans le texte fondateur de ce qui s’appelait à ce moment-là : le Conseil de la Résistance.

Jean Moulin (1899-1943)

En 1956, à la page 445 du tome des « Mémoires de guerre » dans lequel le Général  prétend donner ce même texte, on rencontre une phrase curieusement « trouée » :
« Afin que le Conseil de la résistance ait le prestige et l’efficacité nécessaires, ses membres devront avoir été investis de la confiance des groupements qu’ils représentent et pouvoir statuer … sur l’heure au nom de leurs mandants. »

La « correction » perpétrée par l’Ogre est intervenue quelques années après la disparition du petit Poucet. Elle a donc été mûrement réfléchie, méditée, voire ruminée. Etait-ce une façon détournée d’authentifier rétrospectivement ce qui s’était produit le 21 juin 1943 à Caluire…

View original post 836 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s