Manuel Valls: Arsène Lupin du bulletin ?

Combat

« C’est le plus grand des voleurs, oui mais c’est un gentleman… » chantait Jacques Dutronc en 1973 dans Arsène Lupin.

Au soir du 18 juin, aux alentours de 22h30, Manuel Valls n’avait pas le visage d’un vainqueur. Il annonçait sa victoire pourtant, au second tour des législatives dans la 1ère circonscription de l’Essonne, face à la candidate de la France Insoumise Farida Amrani. Mais son visage était marqué, crispé dans une expression étrange, mi-sourire mi-expression de gêne… Postiché au cœur de son fief, dans le hall de la Mairie d’Évry (ville dont il a été maire entre 2001 et 2012), il fit solennellement cette déclaration : « Je suis élu député, avec 139 voix d’avance ». Sous les huées, il tentait également d’expliquer que « chaque campagne a sa part d’énervement, de tensions ». Et les premières protestations pleuvaient: « Tricheur ! Tricheur ! » scandaient ses opposants, des militants de la France Insoumise pour beaucoup. Le soir même, Farida…

Voir l’article original 616 mots de plus

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s