Vers la dé-globalisation ? | Insolentiae

Économiquement, le libre-échange comporte des risques de crises et d’accroissement des inégalités qui sont considérables. Il met en compétition différents territoires non pas sur la base des activités humaines qui s’y déploient mais sur celle de choix sociaux et fiscaux eux-mêmes très discutables. La libéralisation du commerce n’a pas profité aux pays les plus pauvres, comme le montrent les études les plus récentes.
Politiquement, le libre-échange est dangereux. Il est attentatoire à la démocratie et à la liberté de choisir ses institutions sociales et économiques. En favorisant l’affaiblissement des structures étatiques, il encourage la montée des communautarismes et des fanatismes transfrontières, comme le djihadisme. Loin d’être une promesse de paix, l’internationalisme économique nous conduit en réalité à la guerre.

Moralement, le libre-échange est indéfendable. Il n’a d’autres rivages que celui de la réduction de toute vie sociale à la marchandise. Il établit en valeur morale l’obscénité sociale de la nouvelle « classe de loisir » mondialisée.

L’avenir est donc bien au protectionnisme. Les formes de la politique du futur restent à trouver. Son sens général cependant ne fait guère de doute.

=
https://www.insolentiae.com/vers-la-de-globalisation/
=
Origine(s) source(s) voir lien(s) ci-dessus.
Articles, commentaires sont publiés sous la responsabilité exclusive de leurs auteurs.
=

=
http://tiny.ph/XcZo 29-05-2005 nous avons dit NON
=

=
http://tiny.ph/CDFj Ce(ux) que nous visons
=

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s