Du déni à la violence

Passeurs d'hospitalités

Ministre, préfète et autres exécutants le répètent à l’envie : la frontière franco-britannique est désormais étanche. Ce n’est pas la première fois que ministre et autres le disent, on parlait déjà beaucoup d’étanchéité en 2009.

Déjà cet été, un exilé soudanais avait apporté son démenti en traversant le Tunnel sous la Manche à pied, suivi un peu plus tard par deux exilés iraniens. La société Eurotunnel s’était fâchée et les avait poursuivis en justice (voir ici, ici, ici, ici et ).

Le 12 janvier, neuf exilés sont découverts sur un ferry arrivé dans le port de Douvres. Le président du port de Calais semble lui prendre la chose à la blague.

http://www.nordlittoral.fr/accueil/neuf-migrants-parviennent-a-passer-a-travers-les-ia0b0n275580

Il n’empêche que tous les jours nous avons des nouvelles de gens qui passent. Ça ne passe pas bien, c’est difficile, mais ça passe. Et ça passe d’autant mieux quand on a de l’argent…

Voir l’article original 550 mots de plus

Islamophobie en hausse : l’effet Charlie ?

Nicolas Bourgoin

Les djihadistes et leurs commanditaires ont d’ores et déjà atteint l’un de leurs objectifs : monter une partie des Français contre les autres. Jugés collectivement responsables des attentats de janvier et de novembre par tout un pan de la classe politique et des médias sous contrôle, les musulmans sont la cible d’agressions physiques ou verbales en nombre croissant. Le constat que nous faisions il y a exactement un an garde toute son actualité : la haine anti-Islam ne fait que progresser dans notre pays et elle a été particulièrement virulente pendant le premier semestre et à la fin de l’année 2015, en particulier au moment des manifestations de soutien aux victimes de Charlie Hebdo et du Bataclan. Elle est plus largement le résultat de politiques discriminatoires faisant des musulmans des citoyens de seconde zone : pénalisation du port de signes religieux, contrôles policiers au faciès, discrimination à l’embauche. Les…

Voir l’article original 418 mots de plus