Obama prétend contrôler sa créature : ISIS! / « 13-Novembre : les États occidentaux ne peuvent combattre le jihadisme en soutenant ses parrains pétromonarchiques ! » (Maxime Chaix)

DELIRIUM TREMENS

Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

Obama prétend contrôler sa créature : ISIS!

22643821969_be531cd9f7_c
“I don’t think they’re gaining strength,” Obama responded. “What is true is that from the start, our goal has been first to contain and we have contained them." 

C’est ce qu’il a eu le culot de déclarer devant la chaine ABC; il prétend qu’ISIS s’affaiblit et que c’était le but qu’il poursuivait depuis le début. Les français apprécieront, eux qui sont victimes des créatures/créations  de la CIA, victimes de l’Atlantiste Hollande qui s’est posé presque en leader de la coalition des idiots, qui ont bombardé et mis la Syrie à feu et à sang. Ce même Hollande qui tente hypocritement de faire machine arrière sur la question du maintien d’Assad, tout en disant le contraire.

La doctrine américaine est maintenant de limiter l’interventionnisme direct et d’envoyer ses mercenaires étrangers comme la France faire le sale boulot. Voilà la réalité, la triste réalité bien…

Voir l’article original 1 721 mots de plus

13 novembre : Et si c’était une histoire de femmes ?

Fatima-Ezzahra Benomar

Fascisme, terrorisme… Une histoire de femmes ?

x240-eBE

Nous avons souvent coutume,en évoquant la thématique femmes pendant nos débats sur Daesh, le fanatisme, l’obscurantisme et le prétendu choc des civilisations dont nous croyons voir se frapper les fronts cette année, de souligner en quoi elles sont particulièrement victimes de cette confrontation, de dire leur condition, les dommages collatéraux qu’elles subissent dans ces conjonctures, le viol comme stratégie de guerre, les marchés aux esclaves, et nous nous apitoyons avec une compassion raisonnable sur leur sort. Raisonnable, car ce sombre tableau nous est depuis trop longtemps familier, si bien que l’évocation de la vulnérabilité particulière des femmes se réduit de plus en plus à un tic de langage.

Sinon, c’est avec une admiration qui, dans son débordement, devient presque insultante que l’on applaudit et qu’on s’extasie sur le courage des unités de résistance kurdes féminisées voire entièrement féminines, comme si la chose était…

Voir l’article original 1 262 mots de plus