DES AUTORITÉS CONTRE LA SOLIDARITÉ

La règle reste la pénalisation de l’aide à l’entrée, au séjour et à la circulation des personnes étrangères en situation irrégulière, les exceptions sont élargies et clarifiées, de vastes zones grises subsistent.

Passeurs d'hospitalités

En 2012, le parlement a « aboli » le « délit de solidarité ». Pour être précis, le CESDA (Code de l’Entrée et du Séjour de Étrangers et du Droit d’Asile) a été modifié de manière à dépénaliser l’aide humanitaire et l’information sur les droits de la part des associations, institutions ou particuliers, si elles ne donnent pas lieu à contrepartie financière. La règle reste la pénalisation de l’aide à l’entrée, au séjour et à la circulation des personnes étrangères en situation irrégulière, les exceptions sont élargies et clarifiées, de vastes zones grises subsistent.

Mais d’autres moyens peuvent être utilisés par les autorités pour intimider les soutiens solidaires des exilé-e-s.

Fin mars – début avril 2015, suite aux menaces de la police, un nombre croissant d’exilés partent de leur lieu de vie vers l’ancienne décharge où les autorités promettent que leur présence sera tolérée. Des bénévoles les aident à transporter leurs effets personnels dans…

Voir l’article original 212 mots de plus

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s