LA VIOLENCE SUR SES DEUX JAMBES

Les violences racistes sont présentes, mais finalement très en retrait par rapport aux violences policières qui sont massives et quotidiennes.

Passeurs d'hospitalités

Traditionnellement, la violence à l’encontre des exilés dans le Calaisis est le fait des autorités, principalement l’État. Dès les années 1998-99, précédant l’ouverture du centre de Sangatte. Plusieurs lieux d’hébergement provisoires ont été ouverts sous la pression des associations pour accueillir des exilés. Lorsque ceux-ci étaient passés au Royaume-uni, le lieu fermait, et les CRS étaient envoyés pour chasser les exilés arrivés entre-temps. Les CRS sont restés pendant le temps de Sangatte, mais la chasse à l’homme telle que nous la connaissons aujourd’hui, avec notamment les expulsions et destructions des lieux de vie, squats et campements, a vraiment commencé avec la fermeture du centre.

Les violences racistes sont présentes, mais finalement très en retrait par rapport aux violences policières qui sont massives et quotidiennes.

L’apparition de Sauvons Calais, groupe d’extrême-droite radicale se revendiquant anti-migrant, constitué au départ autour d’une page facebook, ne change pas encore la donne, mais la fait…

Voir l’article original 455 mots de plus

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s