Ecouter les Français

Maxime Tandonnet - Mon blog personnel

téléchargement (2)Le sondage CEVIPOF sur la confiance des Français, vague 6, vient d’être rendu public. Il a été réalisé entre le 26 et le 4 février dernier, après les attentats de janvier. Les politiques, en mal d’idées, et de réflexion, auraient tout intérêt à en prendre connaissance dans une démocratie, mot qui  signifie tout de même le « pouvoir du peuple ». Ce sondage doit  embarrasser les beaux esprits puisque le monde politique et médiatique l’a peu commenté pour l’instant, sinon en termes expéditifs, vaguement dédaigneux, pour parler de tendance « repli » ce qui dispense de réflexion plus approfondie. Plusieurs points de ce document ont plus particulièrement retenu m’ont attention.

  1. L’extrême malaise qui règne sur le pays et touche 93% des Français. Interrogés sur leur sentiment dominant, ils répondent: 32% de la méfiance, 32% de la morosité et 29% de la lassitude.
  2. La défiance profonde et persistante envers la politique: 85% estiment que les politiques…

Voir l’article original 383 mots de plus

France / Syrie : Le bal des hypocrites

ITRI : Institut Tunisien des Relations Internationales

syrie-parlementaire-france-damas-agence-sana-938x400
France / Syrie : Le bal des hypocrites

Par René Naba
• 26 fév 2015

Paris 26.02.15 – Le tollé suscité en France par la visite d’une délégation parlementaire française en Syrie, dont trois membres ont rencontré le président Bachar Al Assad, a constitué, -quoi que l’on dise, quoi que l’on fasse-, un camouflet majeur à la diplomatie française, jusque là maître d’œuvre de la conduite de la politique de la France à l’égard de Damas.

Voir l’article original 1 062 mots de plus

[ VIDEO ]Bienvenue à Marinaleda, une démocratie directe et anticapitaliste

jeunecitoyen

LIEN  VIDÉO POUR LE REPORTAGE COMPLET ==> https://www.youtube.com/watch?v=UkLbnLpHl-8

POUR ALLER PLUS LOIN =====>

Bienvenue à Marinaleda, une démocratie directe et anticapitaliste

 »

En Andalousie, le maire et les habitants d’une petite ville ont décidé d’appliquer une politique anticapitaliste. Cet article a été publié pour la première fois dans le quotidien espagnol El Mundo.

Si Marx était vivant, il irait vivre à Marinaleda, une petite ville andalouse des environs de Séville, qui n’a pas été touchée par la crise et dont le maire, Juan Manuel Sanchez Gordillo, est réélu sans discontinuer depuis trente ans.
Pour obtenir un tel résultat, l’édile a commencé par l’essentiel : le droit au logement, au travail, à la santé et à l’éducation. « Il nous a fallu trente ans pour en arriver là. Pas besoin d’être grand clerc pour comprendre que ce sont nos solutions qui marchent. La spéculation immobilière, elle, ne pouvait rien donner de bon. C’est la…

Voir l’article original 632 mots de plus

OTAN : mercenaires et propagande au service d’une machine de guerre 3/3

------------------ANTICONS ------------------Observatoire du néo-conservatisme

Épisodes précédents: OTAN : mercenaires et propagande au service d’une machine de guerre 1/3 et OTAN : mercenaires et propagande au service d’une machine de guerre 2/3
La réintégration de la France dans le commandement intégré de l’OTAN

Septembre 2007. George Bush est encore président des USA. Interviewé par le New York TimesNicolas Sarkozy, Nicolas-Sarkozy-et-George-W.-Bushalors nouveau président de la république française, parle de « l’éventualité d’une évolution » de la place de la France dans l’OTAN. Il laisse entrevoir en matière de politique étrangère un alignement plus affirmé de la France sur les positions américaines.

Pourtant depuis 2003, les États Unis sont engagés dans une guerre illégale en Irak, comme l’avait affirmé et réaffirmé le secrétaire général des Nations unies Kofi Annan. Il faut rappeler que cette agression reposait sur une mystification : les prétendues « armes de destruction massives » détenues par Saddam Hussein, un « incroyable mensonge » qui permit…

Voir l’article original 2 044 mots de plus

Quand le point de vue s’emmêle

Joelle Palmieri

Dans cet article, Christian Larivée, étudiant en maîtrise de philosophie à l’Université de Montréal, part du postulat que la théorie du point de vue, qu’il nomme standpoint, prend ses racines dans le marxisme. À ces fins, il propose une définition : « un outil méthodologique mis au point au sein du courant féministe afin de permettre une meilleure compréhension de la structure de l’oppression et de la marginalisation des femmes ». Et il prend comme terrain d’investigation la science. La pratique et les résultats scientifiques sont empreints de subjectivité, liés à leurs auteurs et aux « relations de pouvoir » qui les traversent. Ils sont socialement situés – il reprend ici à son compte les thèses de Sandra Harding. Et d’emblée, l’auteur emprunte un raccourci : « la science contribue à faire croire, au groupe dominant comme au groupe dominé, que la subordination des femmes est un principe d’ordre naturel, normal et inévitable ». Il associe ainsi…

Voir l’article original 456 mots de plus