La rafle, syndrome du non-dit migratoire

François De Smet

Chronique – La Libre Belgique, 7 janvier 2014

golfL’Office des étrangers examinerait sérieusement la possibilité de pouvoir entrer sans mandat chez les sans-papiers en vue de les y interpeller. Le durcissement annoncé de la politique migratoire toucherait en ce cas à un compromis tacite, dont la rupture pourrait avoir de graves conséquences – ou, au contraire, ouvrir le débat migratoire dont ce pays, comme ses voisins, a impérieusement besoin.

La politique vis-à-vis des étrangers sans-papiers est le fruit d’un compromis tacite. L’Etat considère certes que les étrangers dépourvus de documents de séjour n’ont pas vocation à y rester, mais il s’abstient généralement d’aller les rechercher là où ils se trouvent. Ce double bind pourrait se traduire sous la formule suivante : « Vous n’êtes pas supposé être là, mais tant que vous vous tenez à carreau, on ne vous traquera pas ». Gare à vous, en revanche, si on…

Voir l’article original 506 mots de plus

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s