Les femmes premières victimes de la loi Macron

Après moi, le déluge …

Solidarité Ouvrière

AFP, 5 janvier 2015 :

Les femmes salariées seront les premières victimes de la loi Macron, qui prévoit d’augmenter le nombre annuel de dimanches travaillés dans les commerces, a dénoncé lundi une association féministe.

macron

Dans un communiqué, le mouvement des efFRONTé-e-s s’insurge contre l’extension du travail du dimanche dans un secteur — grande distribution et commerce — où « près de 80% des salarié-e-s sont des femmes »: « caissières, vendeuses, parmi lesquelles des mères célibataires ayant la garde des enfants, pas scolarisés le dimanche, auxquels il faudra trouver un moyen de garde ».

Voir l’article original 183 mots de plus

Politique – Qu’on se le dise : Alain Juppé « Je ne suis pas du genre à lâcher l’affaire »

._._._._.

Résistance Inventerre

Alain-JuppeL’ex-Premier ministre Alain Juppé, candidat à la primaire de droite pour 2017 et favori des sondages, assure qu’il n’est « pas du genre à lâcher l’affaire » et qu’il « finit toujours ce qu'(il) a commencé« , dans des confidences au Point.
« Je connais les angles d’attaque contre moi. Franchement, ça n’ira pas loin. D’abord, il y a l’âge, mais on reconnaîtra vite que j’ai aussi l’avantage de ce prétendu handicap: l’expérience », déclare le maire UMP de Bordeaux.
Il ironise aussi sur ceux qui s’interrogent sur « (sa) détermination et (sa) capacité à tenir le choc jusqu’au bout ». « Si vous étudiez de près mon parcours, vous vérifierez que je ne suis pas du genre à lâcher l’affaire: je finis toujours ce que j’ai commencé », prévient-il.
Et de rappeler que, « sur vingt campagnes électorales », il n’en a « perdu que deux ». Sa candidature à la primaire déclarée dès le 20 août dernier, peu avant…

Voir l’article original 225 mots de plus

Tunisie – Politique: Premiers signes inquiétants de la présidence BCE | Directinfo

Les Tunisiens le savaient mais refusaient de le dire. Au second tour de la présidentielle, ils n’avaient pas un grand choix. Pour utiliser une image, ils avaient à se prononcer entre la peste et le choléra. Ils ont mandaté, enfin de compte, le candidat porteur de l’épidémie la moins ravageuse et la moins meurtrière (choléra), en l’occurrence Béji Caïd Essebsi.

Dans leur esprit, ils étaient persuadés que le plus urgent était de voter pour la sécurité, la stabilité et la souveraineté du pays, c’est-à-dire pour un candidat on-shore ancré dans le territoire national avec toutes ses tares et non pour un autre, off-shore, inconséquent aux ordres de pays étrangers.

Salimsellami's Blog

Voir l’article original