De Ferguson à Toulouse : quand le permis de tuer et la répression se banalisent

Camp - Volant

Publié le 02/12/2014 dans Le Monde.fr

Alors qu’un jeune garçon, noir, de 12 ans vient d’être abattu par la police de Cleveland, Darren Wilson, le policier qui a tué l’adolescent Michael Brown, déclenchant la première révolte de Ferguson en août dernier, a vu il y a peu les charges portées contre lui abandonnées par le grand jury. « J’ai fait mon travail dans les règles », « J’ai la conscience tranquille » a ainsi pu déclarer Wilson.

Au sortir de ce verdict, des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour condamner son caractère ouvertement raciste. La répression policière et militaire lancée contre les manifestations témoigne de l’effondrement des illusions de la « démocratie post-raciale ».

Mais la France n’est pas l’Amérique, la profondeur historique de son sens de la démocratie, dit-on, est sans égale : tout cela est certes fort regrettable, mais bien loin de nous. Et…

Voir l’article original 981 mots de plus

Manque-t-on vraiment de logements en France ?

Olivier Demeulenaere - Regards sur l'économie

« Il est souvent dit que la pénurie de logements en France orchestre la hausse des prix. Pas si sûr…

Manque-t-on vraiment de logements en France

En France, la pénurie de logements serait responsable des prix élevés de l’immobilier résidentiel. Souvent mis en avant par des professionnels du logement, cet argument est-il crédible ? Certains comme l’économiste du Cepii Thomas Grjebine pensent que non. Sur son blog, il rappelle qu’en 2007 « parmi tous les pays d’Europe de l’Ouest, c’est en France que le stock de logements rapporté à la population était le plus élevé (513 logements pour 1000 habitants, contre 477 en Allemagne ou 409 en Belgique) ». Cette offre de logements comparativement abondante n’a pas empêché les prix de l’immobilier de plus que doubler dans l’hexagone au cours de la première décennie des années 2000, alors qu’en Allemagne, les prix stagnaient.

Voir l’article original 619 mots de plus

DÉMENTI. Après les « mensonges » américains, l’Iran dément avoir frappé l’Etat islamique.

MDR …

Allain Jules

usa-iran-unLe mensonge a les jambes courtes. Après l’échec des négociations sur le nucléaire iranien, les Ricains ont trouvé mieux: mentir sur l’entrée en guerre de l’Iran contre Daesh en Irak. Or, si l’Iran combat bel et bien ces terroristes islamistes, c’est en Syrie avec le concours de l’armée arabe syrienne. 

Voir l’article original 240 mots de plus