Africa’s Growing Dependence on China

Africa and Asia: The Key Issues


Africa’s survival depends on China . At the very least, sub-Saharan Africa’s rapid GDP growth rates — an estimated 6 .3 percent this year and 5 .1 percent last — rely on continued strong demand from China (growing this year at about 7 .6 percent) for the vast commodity resources of the continent .

Africa has an abundance of the petroleum, natural gas, coal, iron ore, ferrochrome, copper, cobalt, cadmium, zinc, lead, diamonds, gold and coltan (a metallic ore used in electronics) that China desperately needs to feed its industries and satisfy domestic consumption and exports to profitable European and North American consumer markets . When Canadians purchase computers, cellphones, video games, inexpensive clothing, blankets, flip-flops and Christmas ornaments (among many other items that are often manufactured in China), they help Africa prosper .

Africa also supplies China with tropical hardwoods, soybeans and maize grown on Chinese-leased farms, fish taken…

Voir l’article original 1 668 mots de plus

De jeunes Juifs se convertissent à l’islam et partent en Syrie se battre pour ISIS

Metaxu. Le blog de Philippe Quéau

Les grands récits qui font vivre et ceux qui tuent. 1

On peut s’étonner que de jeunes Juifs se convertissent à l’islam, et partent faire la guerre en Syrie avec ISIS, en compagnie de nombreux autres jeunes européens.

Je propose d’interpréter ces faits sous l’angle du retour des « grands récits », et de l’affirmation de la prééminence de l’idéologie dans un monde matérialiste, dénué d’idéal, profondément corrompu, et dont le pourrissement, comme pour les poissons, a commencé par la tête. Dans un monde privé de sens, tout ce qui ressemble à une explication et une vision prend une force magnétique, attractive. On ne se convertit pas et on ne part pas se faire tuer par hasard. Ce serait une tragique cécité de ne pas voir ce qui saute aux yeux. La guerre en cours est d’abord et surtout une guerre des idées, une guerre des visions du monde, et pour…

Voir l’article original 875 mots de plus