Les mauvaises réponses de Matthias Fekl sur le traité transatlantique

Cellule44

Mathias Fekl, le 28 janvier 2014 à l'Assemblée nationale à Paris. (AFP/MIGUEL MEDINA)

Depuis son arrivée au poste de secrétaire d’Etat chargé du commerce extérieur, en septembre, Matthias Fekl multiplie les interventions pour convaincre du bien-fondé des négociations du TTIP/Tafta et déminer les critiques qui pleuvent sur ce projet d’accord commercial entre l’Europe et les Etats-Unis.

La dernière étape en date de sa tournée médiatique l’a conduit, lundi 10 novembre, dans les colonnes de Marianne pour une interview à vocation rassurante… au prix de quelques inexactitudes.

1. La fin du protectionnisme ?

Matthias Fekl a balayé d’un revers de la main le risque que la France signe« définitivement la fin de sa capacité à mettre en place des politiques protectionnistes dans les secteurs qui seront visés par le traité ». « Aucun accord commercial n’interdit à un pays de mettre en œuvre des dispositifs pour défendre des secteurs stratégiques », a-t-il assuré, prenant l’exemple des Américains, qui sont « les premiers d’ailleurs à avoir…

Voir l’article original 13 mots de plus

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s