[L’ŒIL ITINÉRANT] LE CALIFE, NOUVEAU MEMBRE EN PUISSANCE DE L’OPEP

Cellule44

Le chef de l’État islamique, le calife Ibrahim, alias Abou Bakr al-Baghdadi, ne cesse de nous étonner tous, y compris ses puissants commanditaires bourrés de pétrodollars. Le calife est pratiquement devenu un grand producteur de pétrole digne de faire partie de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). Depuis quelque temps, en théorie du moins, ses brutes mercenaires takfiri pompent du pétrole, le raffinent, l’expédient ou le passent en contrebande. Les contrats juteux qu’ils décrochent concernent d’énormes quantités de pétrole et leur rapportent des profits de l’ordre de 2 millions de dollars par jour.
Mieux encore, le calife décapite les prix (en plus des têtes). Après tout, il ne fait qu’adopter la même stratégie de bas prix concoctée par ceux-là mêmes qu’il veut détrôner à La Mecque : les membres de la Maison des Saoud. Le produit intérieur brut du califat en Syrak ne peut que monter en flèche.

Comme par…

Voir l’article original 1 213 mots de plus

14-18 – Les fusillés pour fraternisation pendant la guerre. Et la chanson de craonne de 19 17 (vidéo 6’19)

Les fusillés pour fraternisation pendant la guerre de 14-18.
Et la chanson de craonne de 1917 (vidéo 6’19)

Cliquer sur le lien ci-dessus pour voir la vidéo

Paix entre nous, guerre aux tyrans !
Appliquons la grève aux armées,
Crosse en l’air et rompons les rangs !
S’ils s’obstinent, ces cannibales,
À faire de nous des héros,
Ils sauront bientôt que nos balles
Sont pour nos propres généraux.

L’internationale

Bonjour à toutes et à tous,

Les gens qui, en 1917, se sont mutinés contre la guerre étaient bien plus nombreux que ce qui est dit à la fin de cette vidéo. Des mutineries, il y en avait partout.

Pétain, qui ainsi fut appelé le « sauveur de la France », avait fait décimer les régiments en révolte, faisant ainsi fusiller 1500 soldats. Décimer un régiment, ça veut dire tuer un soldat sur dix. Tel était ce qui se disait à la télé encore en 1970.

Mais, depuis une vingtaine ou une trentaine d’années, le pouvoir tente de minimiser les crimes de Pétain pendant la « grande guerre », et a fait tout d’abord tomber ce nombre de 1500 fusillés à 56, puis 45. Puis ce chiffre est remonté un peu pour redescendre à nouveau. Mais, il y a bel et bien eu 1500 fusillés pour « désertion en temps de guerre », « mutinerie » et même « fraternisation avec l’ennemi ».

Souvent, en effet, les soldats « ennemis » fraternisaient. Ces fraternisations avaient lieu dans les tranchées elles-mêmes, ou dans les no man’s lands entre les tranchées. Les Allemands amenaient par exemple la bière, et les Français le chocolat, pour faire la fête ensemble et chanter l’Internationale au lieu de s’entretuer.

Dans ce cas, les officiers Allemands et Français fraternisaient aussi pour faire tirer ensemble avec l’artillerie (bombardements, canons, mortiers, etc.) sur les tranchées de la fraternisation. Il fallait empêcher de telles fraternisations à tout prix ! C’était plus important que de gagner le guerre ! Le nombre de morts pendant les fraternisations bombardées simultanément par les officiers français et par les officiers allemands n’est pas chiffrable, et on n’en parle jamais. C’est un ancien de la guerre qui m’a raconté. C’était terrible.

Pendant la guerre de cent ans aussi, quand une ville française était en rébellion et se libérait de la noblesse exploiteuse, l’armée française appelait alors au secours l’armée anglaise, et ils s’alliaient pour vaincre la ville en révolte et la rendre à son seigneur et maître. Ensuite seulement, la guerre pouvait reprendre. Ainsi on voit les priorités.

Lors de la guerre de 1870 entre la France et l’Allemagne, dont l’armée aurait pris Paris avec l’accord des dirigeants français qui acceptaient la perte de la ville si les Parisiens ne s’étaient pas révoltés pour former la commune en 1871, l’armée française demanda l’aide de l’armée allemande pour vaincre la rébellion parisienne. Les Allemands libérèrent les soldats français prisonniers et fournirent des hommes. Il y eut cent milles morts dans nos rangs, d’après Louise Michel. Alors que Thiers n’en avait officiellement reconnu à l’époque que 30 000. Mais Thiers n’avait pas assez minimisé le nombre de morts ; aussi, aujourd’hui, selon les encyclopédies, on trouve de 12 000 à 20 000 insurgés morts pour défendre la commune de Paris.

Il y eut évidemment 100 000 morts pendant la commune de Paris, ville de 600 000 habitants à l’époque ! Un mort pour six habitants, souvent plusieurs morts dans chaque famille ! Et il y eut effectivement 1500 fusillés pour « fraternisation avec l’ennemi » pendant la guerre de 14-18. Merci Pétain ! Sans compter les bombardements des tranchées de la fraternisation, simultanément par les armées allemandes et françaises, toujours en bonne entente quand il s’agit d’empêcher une révolution.

Aujourd’hui, la France fait la guerre partout, et partout des gens sont tués avec nos impôts, que ce soit en Afrique, en Asie, et ailleurs. Et ils sont en train de voir s’ils ne vont pas faire la guerre plus sérieusement qu’actuellement avec la Russie sans qui, aujourd’hui, on serait pourtant tous boches !

Bien à vous,
do
http://mai68.org/spip

Paroles complètes de l’Internationale et Interprétation dirigée par Arturo Toscanini en 1944 censurée par les Amerloques (vidéo 1’29) :

2e Guerre Mondiale : les représentants des pays de l’ex-URSS à l’Otan hostiles à toute révision :

http://mai68.org/spip/spip.php?article1232

Le 3° Reich a été vaincu dans les plaines de la Russie :

http://mai68.org/spip/spip.php?article4887

LA CONTRIBUTION SOVIÉTIQUE À LA VICTOIRE DE 1945 :

http://mai68.org/spip/spip.php?article4888

Ukraine – 30 avril 2014 – La dictature sioniste Française envoie des avions en Pologne pour faire la guerre à la Russie :

http://mai68.org/spip/spip.php?article7181