Les Zemmourroïdes

source = http://www.lejournaldepersonne.com/2014/09/les-zemmourroides/

La France a souffert et souffre encore de cette tumeur variqueuse qui se forme à l’anus et au rectum par la dilatation des veines… Elle a des zemmourroïdes.
Elle a du mal à s’asseoir, du mal à rester debout, du mal à se mouvoir.
Et beaucoup de mal à être pénétrée par des éléments étrangers.
C’est une douleur insupportable que Zemmour vient de rendre palpable sur Gorafi qui exprime tout haut ce que le Figaro pense tout bas à tous les français qui ont du mal avec leur canal : « je n’ai pas de problèmes avec les étrangers. Je ne les aime pas » si quelqu’un dit l’équivalent sur les juifs, on lui coupe son sifflet sur le champ. Je vous laisse apprécier le taux de toxines dans l’air du temps, avec ou sans le rire.
Pauvre France. Les maghrébins, les africains vont finir par faire éclater ses vaisseaux sanguins.
Ce genre d’humour en dit long sur la France et ses Zemmourroïdes.
Avec un sang qui circule mal et du mal à évacuer le mal.
La France n’aime pas ce qu’elle n’aime pas, tout est là… dans cette tautologie banale et sentimentale.
L’Islam agressif et subversif, même s’il n’a rien de musulman, va lui fournir une bonne excuse pour exprimer sa haine de l’étranger.
L’anus est une formidable astuce pour celui qui se sent pénétré de toutes parts :
Il a enfin droit de dire haut et fort : assez, c’en est assez… ça ne m’éclate plus, je suis éclaté. Et je n’ai plus aucun raison de cacher mon hostilité, mon mépris de l’étranger… Zemmour, au secours !
Qu’à cela ne tienne, on va de ce pas, aller consulter un médecin légiste pour qu’il nous prescrive le remède qu’il faut pour ce genre de défaut : en avoir plein le cul.
Mais ô surprise, il va nous dire ce qu’on ne voulait pas entendre : que notre hostilité vis à vis de l’étranger n’a rien de nouveau, a toujours été ressentie par les étrangers, qui n’ont jamais été dupes de nos discours sur l’intégration et de nos cours sur l’assimilation… ils ne font rien d’autre aujourd’hui que nous retourner l’amabilité en devenant encore plus hostiles à notre égard.
Nos Zemmourroïdes seront pour eux fêtées comme l’Aïd… la fin de la maltraitance, de l’injustice et de la condescendance… les étrangers, eux aussi, sont en train de profiter de l’islamisme pour prendre leur revanche.
Nous les avons assimilés à un danger : ils sont en train de se venger en se laissant bercer par de vieilles illusions, en se laissant manipuler, endoctriner, embarquer, ils veulent nous apprendre le prix du mépris… subi par leurs prédécesseurs.
Vous voulez un conseil : faîtes-vous opérer… ça urge ! Débarrassez-vous de vos zemmourroïdes au plus vite, parce que vos pommades n’ont plus aucun effet. Il faut changer de canal pour que le sang circule moins mal.

On n’est pas touché

source = http://www.lejournaldepersonne.com/2014/09/on-nest-pas-touche/

Les hommes sont de plus en plus inhibés et de moins en moins exaltés.

Leurs inhibitions sont nombreuses, leurs exaltations infimes, rarissimes.

Parce que ce sont toujours nos inhibitions qui font l’histoire : tous nos actes manqués, tous nos désirs avortés, toutes nos vies ratées… comme si la mort nous avait jeté un sort.

En attendant toutes les exaltations promises, je vais tenter d’énumérer toutes les inhibitions qui sont à l’origine du désordre établi… actuel, pas virtuel.

Tous les flops qui se retrouvent au top du hit-parade de la conscience humaine.

Encore faut-il s’entendre sur une définition générique de l’inhibition, sans passer par les autorités psychiatriques ou l’examen clinique.

L’inhibé est celui à qui on a interdit de verser une larme après lui avoir donné toutes les raisons de pleurer…

Ou une définition plus spécifique : l’inhibé n’est pas celui qu’on a privé de l’objet de son désir, mais celui qu’on a dégouté du désir…

Ou une définition plus individuelle donc plus universelle: l’inhibé est celui qu’on a persuadé que la seule raison d’être qui lui reste, c’est de disparaître… de cesser d’être.

Mais revenons à nos moutons, aux figures concrètes de l’inhibition et du déclin, à notre flop Ten, l’air de dire : qu’on n’est pas touché.

TEN –

Haines décapité par la haine. Ce n’est pas une découverte mais une hostilité plus qu’ouverte entre l’État britannique et l’État islamique. L’enjeu est comique : lequel des deux est plus inhibé que l’autre ?

NINE –

La France n’a pas d’argent pour les Français mais seulement pour les ravisseurs. Elle paye des rançons pour masquer l’étendue de ses inhibitions. Elle paye parce qu’elle est faible et pour qu’on ne sache pas jusqu’à quel point elle est faible.

EIGHT –

L’Ukraine en proie à deux inhibitions colossales, entre la peste et le choléra elle a choisi la lèpre, un état lépreux, l’inhibition fatale pour dire que c’est elle qui a choisi, rien que pour contredire ceux qui disent qu’elle n’a pas le choix.

SEVEN –

L’inhibition est écrite, un livre vient d’être publié et salué par tous les inhibés, celui de la maîtresse du président qui atteste enfin que l’avidité, l’envie, la jalousie et l’infamie constituent la quadruple racine de tout déclin, de toute dégénérescence.

SIX –

Deux ratés qui s’associent, ont-ils une chance de réussir quelque chose ensemble ? Deux inhibés dans un lit, ne peut être une garantie contre l’inhibition. Ça ne la divise pas, ça la multiplie par deux. Montebourg et Filipetti n’exalteront plus personne. Échec et mat !

FIVE –

Les 5 millions de sans-emploi ne sont pas plus à déplorer que les 25 millions de contre-emploi : tous ces gens qui n’aiment pas ce qu’ils font et ne font pas ce qu’ils aiment mais cherchent désespérément à être moins inhibés que leurs voisins de palier. Comparaison est raison pour tous les inhibés… de France et de Qatar.

FOUR –

Tous les inhibés qui s’en prennent aux forces de l’inhibition, les forces du désordre et de l’injustice grandissantes : djihadistes, séparatistes, terroristes… n’ont toujours pas compris que l’inhibition, ce ne sont pas les hommes qui la propagent mais le système économique et financier. En deux mots : sans inhibition, point de capitalisme, ni de capitalisme sans inhibition.

THREE –

Que dira demain le Premier inhibé à une assemblée d’inhibés ? Votez la confiance parce que maintenant on sait qu’aucune politique n’est en mesure de réduire les inhibitions mais seulement de trouver les moyens de les faire passer… jamais de les faire cesser. C’est à prendre ou à laisser.

TWO –

L’État islamique du levant au couchant promet l’exaltation pour tous les convertis à la guerre sainte. Cette perversion n’a pas échappé à la perversité de tous les états inhibés qui ont décidés d’en finir avec tous les signes d’exaltation. Un enfer probable plutôt qu’un paradis improbable.

ONE –

L’inhibition n’est rien sans ses fameux relais :

La télé pour les vieux et Internet pour les moins vieux.

Ce sont eux qui entretiennent et soutiennent l’impossible réalisation de nos désirs.

Tout le monde en parle, mais chacun n’entend que l’écho de sa propre voix.

On n’est pas touché, mais vous, vous l’êtes !

« Valls et Gattaz ont le même pin’s : « Touche pas à mon pote ». » (O. Dartigolles)

source = http://www.pcf.fr/58771

Après la déclaration d’amour du Premier ministre au patronat lors de l’université du Medef, Pierre Gattaz veut lui aussi n’être que douceur et caresse. Aussi, pour faciliter la tâche à Manuel Valls, il a reporté de quelques jours la publication officielle du catalogue Automne/Hiver 2014 du Medef dont on connaît déjà les plus belle pièces à la lecture de la presse.

Tout cela est bien préparé. Trop bien. Cet après-midi, devant son poste de télévision, Gattaz pourra s’esclaffer devant les moulinets du Premier ministre contre les « provocations du Medef ». Si cela peut l’aider, le Medef lui doit bien ça.

Valls et Gattz peuvent accrocher à leur veste le même pin’s, « touche pas à mon pote».

Derrière cet indécent pas de deux, il y a la réalité d’une politique qui, depuis le début du quinquennat, livre le pays à la finance et aux exigences d’actionnaires irresponsables qui préfèrent l’augmentation des dividendes aux salaires, à l’emploi, à la formation et à l’investissement utile.

Il y a un déjà, le Medef annonçait sa volonté de créer un million d’emplois en 5 ans. C’est à dire rien, puisque l’économie française, en ces temps de croissance nulle, crée au moins 200 000 emplois « naturellement » en une année. Toujours sans la moindre contrepartie, le Medef demande la suppression de deux jours de congés, la remise en cause du SMIC et des 35 heures, que le travail de nuit et le dimanche soit autorisé au bon vouloir des patrons, que les seuils sociaux soient rehaussés et que s’étende la pratique des « contrats de chantier ». A chaque fois qu’il demande, il obtient et cela le met toujours davantage en appétit. Les nouvelles promesses en terme de création d’emploi sont une nouvelle arnaque. Il pourrait y avoir un effet comique à tout cela, un comique de répétition mais il est question de la France, et de la situation insoutenable de son peuple.

*La Fête de l’Huma décrétée « zone hors Tafta »

Non au Traité Transatlantique

Lina Sankari
Lundi, 15 Septembre, 2014
Photo : DR
Les discussions sur le traité ont eu lieu dans les stands comme dans les allées.
Photo : DR
Grande mobilisation contre le traité transatlantique ce week-end. La question de la souveraineté populaire, remise en cause sur les deux rives de l’Atlantique, a été longuement débattue.

À la négation de la souveraineté populaire, les citoyens de la Fête de l’Humanité ont répondu par une interpellation d’ampleur. De nombreux stands étaient ainsi tournés vers la lutte contre le traité transatlantique (Tafta), en cours de négociation entre l’Union européenne et les États-Unis, qui entend harmoniser les deux marchés, libéraliser les services et instaurer des normes autour des salaires et du temps de travail notamment.

Sensibiliser les peuples

Aussi, à peine le refus de toute initiative citoyenne par la Commission venait-il d’être annoncé que le stand du Parti de la gauche européenne menait campagne et distribuait du matériel…

Voir l’article original 284 mots de plus