Justice au singulier: Le diable s’habille-t-il en Soral ?

Comment, par ailleurs, notre société ose-t-elle avoir trop souvent ces pudeurs, cette bienséance de chaisière de moins en moins républicaine quand elle charrie au quotidien vulgarités, indélicatesses, provocations, impolitesses, indignités, trahisons, relativisme et mauvais goût ? Comment a-t-on le front de s’émouvoir de certains propos et de pourfendre les esprits gravement ou faiblement iconoclastes quand, par exemple, le monde médiatique, les émissions de divertissement ne nous représentent que de la vulgarité inepte ou de la dérision stupide agrémentées forcément dans chaque phrase de gros mots qui font chic et in ? C’est cette société-là et ces médias-là qui prétendent s’ériger en juges ?

Le diable s’habille peut-être en Soral mais s’il me faut à tout prix choisir, je préfère l’avancée provocatrice et même transgressive à la niaiserie rigolote qui nous fait déchoir.

La honte n’est pas toujours là où on s’obstine à la mettre.

suite –
http://www.philippebilger.com/blog/2014/01/le-diable-shabille-t-il-en-soral-.html

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Le-diable-s-habille-t-il-en-Soral-23095.html

Atteintes à la liberté et répression policière : Manuel Valls vs Béatr ice Bourges

Ce jeudi 30 janvier à 12h30, une important intervention de police s’est déroulée dans le 7ème arrondissement de Paris, aux abords de l’Assemblée nationale. Après un bouclage de la place Edouard Hériot par un imposant dispositif policier, un car de la Préfecture de Police de Paris a été amené sur les lieux afin de procéder à des mises en garde à vue.

Objectif de cette opération : interpeller une femme assise sur un banc. Son nom : Béatrice Bourges. Son crime : avoir entamé depuis 5 jours un jeûne complet pour enjoindre la représentation nationale d’assumer ses responsabilités face à la crise politique que traverse notre pays. L’enjeu : permettre la mise en oeuvre de la procédure de destitution du Président de la République pour manquement à l’exercice de ses fonctions, selon les termes de l’article 68 de la Constitution. Cette procédure est en effet aujourd’hui bloquée par une sorte de pacte mafieux entre les parlementaires et le pouvoir, qui prétendent que l’article 68 de la Constitution est inapplicable.

suite –
http://www.jourdecolere.com/atteintes-a-la-liberte-et-repression-policiere-manuel-valls-vs-beatrice-bourges/

L’article 1er du projet de loi propose d’insérer au premier alinéa de l’article 23 de la loi du 29 juillet 1881.

L’article 1er du projet de loi propose d’insérer au premier alinéa de l’article 23 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse (sic), la phrase suivante : après la deuxième occurrence du mot « publics » sont ajoutés les mots « soit par des GESTES ou des comportements dans des lieux ou réunions publics ». La criminalisation de la quenelle est en route !

suite –
http://blanrue.blogspot.fr/2014/01/meyer-habib-ainsi-que-dautres-deputes.html

Excès de zèle : Fourest remise à sa place par Jakubowicz

« Le principe de l’émission de Frédéric Taddéï c’est exactement ce vieil adage qui dit cinq minutes pour les juifs, cinq minutes pour Hitler, je crois que dans le cas de Frédéric Taddeï, c’est même six minutes pour Hitler »

suite –
http://www.egaliteetreconciliation.fr/Exces-de-zele-Fourest-remise-a-sa-place-par-Jakubowicz-23094.html

TV Libertés a partir de ce soir 19 heures

Ce jeudi soir 30 janvier, 19 heures : lancement de TV Libertés !

Une alternative à la désinformation généralisée des « merdias » conventionnels à la botte du pouvoir !

C’est à vous de voir … c’est sur http://www.tvlibertes.com/

source –
http://grosseimposture.over-blog.com/article-tv-libertes-122322907.html

Rapport du GRECO sur la prévention de la corruption

La prévention de la corruption est l’un des instruments essentiels de la protection de l’Etat de droit. Tout le monde, ou presque, adhère à ce principe, mais les opinions deviennent plus fluctuantes lorsqu’il s’agit d’évaluer l’ampleur des phénomènes corruption et de mesurer l’efficacité des mesures prises dans ce domaine. On en parle peu, à l’exception de quelques scandales dévoilés par une presse d’investigation peu nombreuse et dont les recherches restent très sélectives. Car ces affaires sont les arbres qui cachent une forêt difficilement pénétrable. L’ONG Transparency International place ainsi la France au vingt-deuxième rang mondial pour l’indice de perception de la corruption, résultat très moyen qui révèle à la fois la persistance de pratiques et une certaine indifférence, à moins qu’il s’agisse de résignation, à leur égard.

Depuis 1999, la France a adhéré au Groupe d’Etats contre la corruption (GRECO), rattaché au Conseil de l’Europe et qui regroupe aujourd’hui quarante-huit Etast. Le 27 janvier 2014, le GRECO a publié son « rapport d’évaluation » sur le dispositif français, plus précisément sur « la prévention de la corruption des parlementaires, des juges et des procureurs ».

L’approche du GRECO est évidemment parcellaire, et ces trois domaines ne sauraient, à eux seuls, rendre compte de l’importance des phénomènes de corruption dans notre pays. Le rapport ne concerne en effet que le pouvoir législatif et l’autorité judiciaire, l’exécutif ne figurant pas dans cette évaluation. Or nul n’a oublié les marchés passés, à partir de 2008, par l’Elysée avec des entreprises chargées d’effectuer des enquêtes d’opinion, et dirigées par des conseillers ou anciens conseillers de Nicolas Sarkozy. Et tout le monde se souvient que le compte de campagne de ce même Nicolas Sarkozy a été rejeté par le Conseil constitutionnel, au motif que la campagne électorale de l’ancien Président avait été partiellement financée par les fonds publics de la Président de la République.

suite –
http://libertescheries.blogspot.fr/2014/01/rapport-du-greco-sur-la-prevention-de.html

Réserve parlementaire épisode II : toutes les données 2013 de l’Assemblé e en OpenData !

Obligation légale suite au vote du Sénat lors des débats sur la Transparence, la réserve parlementaire se pare de nouveaux atours de transparence : première fois l’Assemblée nationale publie, comme son président s’y était engagé dès le mois d’octobre 2012, l’intégralité des données pour l’année 2013. Ce sont ainsi 80,94 millions d’euros, distribués en près de 11000 subventions destinées à des collectivités, mais également à des associations (part dite de Bercy, qui n’avait encore jamais été rendue publique), qui sont dévoilées aujourd’hui par l’Assemblée sur son site Internet.

suite –
http://www.regardscitoyens.org/reserve-parlementaire-episode-ii-toutes-les-donnees-2013-de-lassemblee-en-opendata/