Diana Johnstone revient sur la campagne contre Dieudonné pour le magazine américain Counter Punch

qui ne dit mot consent …

Mounadil al Djazaïri

Après son premier article très remarqué sur la campagne contre Dieudonné, Diana Johnstone récidive en complétant l’analyse du contexte idéologique et religieux dans lequel a pris place cette campagne.

Elle attire particulièrement notre attention sur le caractère quasi-religieux attribué à ce qu’on appelle la shoah ou l’holocauste. Je dirai simplement que cette religion n’est pas la nouvelle religion juive comme le pense Yeshayahu Leibowitz, mais la nouvelle religion pour les non Juifs avec le « peuple juif » comme divinité et une hiérarchie cléricale et doctrinaire dominée par des Juifs.

De fait, il n’y a pas eu de shoah ou d’holocauste. Ces deux termes n’ont pas été introduits par des historiens qui auraient jugé utile de qualifier ainsi les persécutions subies par les Juifs sous le nazisme, mais correspondent à des titres de productions « artistiques », à savoir le « documentaire » de Claude Lanzmann pour le mot « shoah » et un feuilleton télévisé américain pour…

Voir l’article original 2 694 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s