2014 : la Grèce quitte l’euro ! Par Michel Santi

L’ Euro, l’ Europe, les Etats … la servitude sans complexe des peuples …
2014 : les Etats commencent a quitter l’ Union et son fiasco humain …

Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

2014 : la Grèce quitte l’euro ! Par Michel Santi

Grèce. L’économie se retrouve aujourd’hui amputée de pas moins de 25% de ses richesses et de ses ressources par rapport au démarrage de la crise.

   

Après six années de dépression économique, la Grèce ne semble guère en meilleure forme à présent qu’elle aborde 2014. Les perspectives de croissance pour la nouvelle année sont effectivement toutes pessimistes et négatives alors que le PIB. pour 2013 est de 4% inférieur à 2012. De fait, l’économie grecque se retrouve aujourd’hui amputée de pas moins de 25% de ses richesses et de ses ressources et, ce, par rapport au démarrage de cette crise. A titre de comparaison, l’économie US avait fondu de l’ordre de 30% lors de la Grande Dépression. Cette nation subit donc une authentique dépression dont l’amplitude est proprement terrifiante puisqu’elle se traduit par un taux de chômage officiel…

Voir l’article original 739 mots de plus

ALERTE INFO. ASU ZOA : voici la dernière vidéo de Dieudonné du 19 janvier 2014

sans arme ni haine ni violence mais avec des c—lles il devient une menace.

Allain Jules

négrailleAlors que son compte Facebook est toujours bloqué mais pas supprimé, le plus grand blocage de l’histoire de Facebook, l’humoriste Dieudonné, boycotté par les médias arrive quand même à communiquer. Dieudonné, qui joue ce soir à Metz, vient de poster cette petite vidéo de 5 minutes. Elle annonce ses dates de tournée et surtout l’arrivée d’une nouvelle vidéo où il va régler ses comptes avec ceux qui l’agressent.

Voir l’article original 1 mot en plus

Equateur: ultimatum aux banquiers secourus par l’Etat

France: ultimatum aux banquiers secourus par l’Etat

S C O O P

QUITO – Le président équatorien Rafael Correa a lancé samedi un ultimatum à un groupe de banquiers pour le remboursement de prêts que l’Etat leur avait accordés lors du sauvetage du système bancaire de 1999.

M. Correa a averti les actionnaires et dirigeants des banques concernées, qualifiés de gros poissons, que l’Etat les déclarerait insolvables s’il ne remboursaient pas d’ici avril les prêts accordés par l’Etat alors que le pays traversait la plus grave crise économique de son histoire.

Si ces prêts tombent dans l’oubli, cela mènera à l’impunité, a-t-il justifié.

Si les personnes visées ne peuvent répondre (à cet ultimatum) elles devront être déclarées insolvables, a affirmé le président équatorien. Cette déclaration d’insolvabilité priverait notamment les banquiers du contrôle de leurs biens et de leur liberté de quitter le pays.

A la fin des années 1990, 32 banques firent faillite en raison de prêts irréguliers, forçant l’Etat à prendre le contrôle de ces institutions financières et à débourser 8 milliards de dollars pour sauver le système financier national.

Cette crise avait été à l’origine de la dollarisation de l’économie et avait privé de leurs épargne plusieurs centaines de milliers d’Equatoriens.

L’Etat tente actuellement de recouvrer 2,3 milliards de dollars auprès des responsables de banques, dont certaines ont depuis été mises en liquidation.

Nous ne pouvons laisser impunie cette tragédie nationale, a insisté le président socialiste, au pouvoir depuis 2007 et en conflit ouvert avec les milieux d’affaires et les médias privés.

Il a toutefois précisé que le gouvernement accorderait des délais supplémentaires à ceux qui répondraient de bonne foi à cet ultimatum.

http://www.romandie.com/news/n/_Equateur_ultimatum_aux_banquiers_secourus_par_l_Etat_lors_de_la_crise_de_199977180120142134.asp

source = http://www.alterinfo.net/notes/Equateur-ultimatum-aux-banquiers-secourus-par-l-Etat-lors-de-la-crise-de-1999_b6243216.html

La France est-elle en guerre contre les Français ?

La dictature France est-elle en guerre contre les moutons Français ?

= ET LA SÉPARATION DES POUVOIRS ALORS ? =

LOI DE PROGRAMMATION MILITAIRE

La France est-elle en guerre contre les Français ?

Citoyens et données personnelles sont placés sous surveillance

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article4225

www.lalibre.be/debats/opinio…

http://www.humanite.fr/tribunes/cit…

Jean-Claude Paye

samedi 18 janvier 2014, par Comité Valmy

La France se dote d’une loi militaire similaire au Patriot Act américain fusionnant le droit de la guerre et le droit pénal en « prévention de la criminalité ». Le pouvoir judiciaire apparaît évincé par l’exécutif et son administration…

Une opinion de Jean-Claude Paye, sociologue.

La dernière loi française de programmation militaire, qui vient d’être adoptée en seconde lecture par le Sénat ce 10 décembre 2013, illustre une évolution du droit occidental qui place l’exception à la place de la norme et pose l’anomie comme base de reconstruction d’un nouvel ordre de droit. Cette mutation enregistre la fin d’une organisation, propre à la forme nationale de l’Etat, basée sur l’articulation de deux systèmes relativement séparés, Etat de droit à l’intérieur du pays et violence pure à l’extérieur.

La loi de programmation militaire sert habituellement à encadrer les budgets des forces militaires de l’Hexagone. Cette année, elle sort du cadre de la défense pour englober la lutte contre le crime. Portant diverses dispositions, concernant à la fois la défense et la sécurité nationale, elle comprend un article 13 qui étend les pouvoirs de surveillance des autorités administratives françaises à « la prévention de la criminalité », fusionnant ainsi droit de la guerre et droit pénal en généralisant la tendance déjà imprimée par la lutte « antiterroriste » à l’ensemble du champ pénal. En visant génériquement la « prévention de la criminalité », ce régime s’appliquera à toutes les infractions. En soumettant les citoyens français à un régime de surveillance autrefois réservé à des agents d’une puissance étrangère, la loi ne sépare plus intérieur et extérieur de la nation et ne distingue plus infraction pénale et gestion de l’hostilité. Ce processus omniprésent n’est pas seulement identifiable à l’intérieur du pays, mais aussi au niveau des conflits internationaux. Les engagements de la France en Libye et en Syrie procèdent à une indifférenciation entre action de guerre et fonction de police. La guerre n’est plus engagée, afin de se défendre ou de procéder à une conquête, mais pour « punir un dictateur ».

Afin de procéder à cette fusion du pénal et du militaire, la loi de programmation évince le pouvoir judiciaire et concentre les pouvoirs aux mains de l’exécutif. Non seulement le troisième pouvoir est totalement contourné, mais le seul dispositif de contrôle a posteriori (Commission de contrôle des écoutes et interceptions) relevant de l’exécutif ne pourra émettre qu’une « recommandation » au Premier ministre.

La collecte de données porte sur les numéros de téléphone, les adresses IP, ou les listes de contact de correspondants téléphoniques, ainsi que sur les données de géolocalisation en temps réel. Seulement dans ce dernier cas, l’autorisation préalable du Juge des libertés ou de la CNCIS, l’autorité de contrôle relevant du pouvoir exécutif, reste nécessaire.

Ainsi, l’article 13 de loi donne à l’administration le droit de collecter, en temps réel, sans recours à un juge et même sans autorisation préalable de l’organe administratif de contrôle, des informations sur les utilisateurs de réseaux de communication. Des agents individuellement désignés, relevant des ministères de la Défense, de l’Intérieur, de l’Economie et du Budget, ainsi que des « chargés de mission », peuvent désormais accéder directement aux données. La loi étend également le droit de regard à toutes informations et aux documents stockés par l’hébergeur et plus seulement aux données techniques.

De plus, les administrations vont pouvoir exiger des données pour motifs très larges, notamment ceux prévus à l’article 241-2 du code de la sécurité intérieure, c’est-à-dire concernant : « la sécurité nationale, la sauvegarde des éléments essentiels du potentiel scientifique et économique de la France, ou la prévention du terrorisme, de la criminalité et de la délinquance organisée ».

Ainsi, l’article 13 permet la capture en temps réel sur simple demande administrative, sur « sollicitation du réseau », des informations et documents traités dans ceux-ci et non plus seulement les données de connexion des utilisateurs. La collecte directe d’informations se fera non seulement auprès des fournisseurs d’accès (FAI et opérateurs de télécommunication), mais aussi auprès de tous les hébergeurs et fournisseurs de services en ligne. Aucune disposition ne limite le volume des collectes. Celles-ci pourraient passer par l’installation directe de dispositifs de capture de signaux ou de données chez les opérateurs et les hébergeurs. L’inscription des termes « sollicitation du réseau » signifie que les autorités souhaitent donner un cadre juridique à une interconnexion directe. Cette loi rend également permanents des dispositifs qui n’étaient que temporaires. Si cette loi française peut être comparée aux dispositions du Patriot Act américain, on doit alors faire référence au Patriot Act Improvement and Reautorisation Act de 2006 qui rend permanentes les mesures temporaires prises immédiatement après les attentats du 11 septembre 2001.

En opérant un déni de l’extension, à la fois dans l’espace et le temps, des procédures utilisées, les défenseurs de la loi soutiennent que la nouvelle législation ne fait qu’inscrire et rationaliser des dispositifs existants, notamment ceux de la loi du 23 janvier 2006 relative à la lutte contre le terrorisme qui, dans un cadre plus limité, permet des interceptions de données. De manière générale, la concentration des pouvoirs aux mains de l’exécutif et la neutralisation du pouvoir judiciaire sont justifiées au nom d’une interprétation pervertie qui identifie la collecte d’informations par la police et par des agences de renseignements avec la phase d’enquête d’une procédure judiciaire. Autrefois, celle-ci relevait de l’initiative et du contrôle du troisième pouvoir, avant que la notion « d’enquête préliminaire » écorne déjà ce principe en donnant des pouvoirs accrus à la police et au procureur de la République, un magistrat relié directement au pouvoir exécutif.

(*) Dernier ouvrage paru  : l’Emprise de l’image. 
De Guantanamo à Tarnac. Éditions Yves Michel, 2012.

source = http://www.mai68.org/spip/spip.php?article6580

Chine : Le développement de la République Populaire est une déclaration de guerre aux États-Unis

china-1 vs usa-0
http://wp.me/3aME7

Réseau International

948267Chine1La Chine a confiance en elle; elle ose des réformes et sa nouvelle direction veut consolider ses succès

Le contraste ne pourrait pas être beaucoup plus grand: d’un côté du Pacifique, la puissance qui est toujours l’Hégémon, est confrontée à de fortes turbulences économiques et politiques; de l’autre côté, la superpuissance en devenir bat tous les records sur le plan économique, en dépit des prophètes de malheur, et a pleine confiance en son avenir.

Voir l’article original 1 132 mots de plus

A Propos de Taddei: il y a des limites à ce que l’on peut exiger de moi par Danielle Bleitrach

objectivité vs subjectivité.
http://wp.me/3aME7

histoireetsociete

OrtfDepuis hier, je suis sollicitée de partout à la fois pour prendre position en faveur de Taddei qui serait exclu avec son émission de la grille de France 2.

Et depuis hier, je m’interroge sur ce que je dois et peux faire.

-Trois niveaux d’argumentation se bousculent :

-le ^premier est celui de la censure, la nécessaire lutte contre la censure mais cela pose aussi la question de l’évolution de la dite censure.

j’ai connu celle qui frappait l’ORTF, elle était à sens unique et concernait dans quatre-vingt pour cent des cas mes idées, qu’il s’agisse des luttes anticoloniales, le mouvement ouvrier ou encore le cas de Cuba. Le reste touchait à la vision duchef d’Etat qu’il ne fallait même pas surprendre en train de se moucher ou d’autres menus faits dont on a du mal aujourd’hui à voir la logique.

Dans un article du Monde qui narrait la découverte…

Voir l’article original 2 056 mots de plus