Les dérivés d’UBS, Credit Suisse et d’autres prépareraient un «Fukushima bancaire»

crise bancaire en préparation ! ils préparent un « Fukushima » bancaire …

Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

Les dérivés d’UBS, Credit Suisse et d’autres prépareraient un «Fukushima bancaire»

Selon une étude du bureau Alpha Value en date du 19/12/2013, le notionnel des produits dérivés des deux grandes banques dépasse 200 fois le PIB de la Suisse. Les banques rétorquent que cela ne mesure en rien le risque de ces activités

LE LIEN

Produits%20d%C3%A9riv%C3%A9s%20banques%20europ%C3%A9ennes%2012.2013.jpg

Les Etats-Unis pas en reste! 

On savait BNP Paribas ou Deut­sche Bank impliqués jusqu’au cou. Les champions nationaux helvétiques ont peu à leur envier. Dans une étude révélant les «Fukushima potentiels» du secteur bancaire européen dévoilée le mardi 19 décembre 2013, le bureau de recherche Alpha Value rappelle que le volume des activités de Credit Suisse lié aux produits financiers dits «dérivés» – la valeur «notionnelle» des produits traités – dépassait les 50 000 milliards de francs suisses l’an dernier. Celles d’UBS approchent les…

Voir l’article original 2 118 mots de plus

Chine : La bulle financière qui fait trembler le monde!

krach ou pas krach ? mais surtout ! qui,quand,quoi,ou,comment …

Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

Chine : La bulle financière qui fait trembler le monde!

L’ambitieux paquet de réformes dévoilé à la mi-novembre à Pékin a été bien accueilli. La fin de la politique de l’enfant unique, la promesse de libéraliser les prix de l’énergie et d’ouvrir le système bancaire aux capitaux étrangers sont perçues comme un tournant positif pour la seconde économie mondiale.

Au quotidien toutefois, l’économie chinoise – 7,6% de croissance en 2013 – vit sur le fil du rasoir en raison de la prolifération des dettes hors du système bancaire classique. Ce processus, le «shadow banking», a permis aux entrepreneurs et aux collectivités locales de s’endetter auprès de sociétés financières ou de compagnies d’assurances aux fonds propres insuffisants. Le tout, sur fond de banques chinoises peu transparentes, dont les encours d’emprunts s’élèveraient à 18 000 milliards de dollars. Même si le volume des créances douteuses «officielles» ne représente que 0,96% du total.

Il suffirait…

Voir l’article original 1 293 mots de plus

La haine contre Dieudonné …

De quoi est-elle le nom ?

Pour Bertrand Delanoé, c’est un « criminel », pour le patron de L’Express, il faut « l’éradiquer ». C’est une sorte de virus, il relève de l’hygiène sociale. Il faut en tout cas interdire ses tournées, lui faire rendre gorge de ses dettes fiscales (on ne passe pas l’éponge comme pour L’Huma !). On est proche de l’appel au lynchage (il est vrai qu’il a le profil idéal). Il ne s’agit évidemment pas de Bertrand Cantat, mais de Dieudonné.

Ses spectacles sont pourtant privés (il sera même privé de spectacles bientôt…), il ne vit pas de subventions publiques, les murs du métro ne sont pas inondés d’affiches vantant ses sketches. Ses vidéos ne sont accessibles qu’à ceux qui les cherchent. Bref, on peut apprécier ou pas l’humour de Dieudonné, y mettre des guillemets, voire trouver ses spectacles du plus mauvais goût (on peut même s’en contrefiche !) mais si le mauvais goût devient un critère, que penser de la diffusion de nombre de clips de rap ou de pseudo-comiques sur les chaines publiques. Et Philippe Val, et Nicolas Bedos c’est le bon goût pour tous ?

Le fond des choses c’est que l’humour a toujours quelque chose à voir avec la critique sociale. Par définition, l’humour ne peut pas faire l’unanimité. « Dieudo » fait dans l’« hénaurme », le provoquant et le transgressif. Et alors ? Il n’a tué personne. Ce n’est pas Breivik, Youssouf Fofana, Mohammed Merah.

De quoi la haine contre Dieudonné est-elle le nom ? De l’imposture de nos gouvernants. Car le monstrueux Fofana, de quoi était-il le fruit ? Du nihilisme de notre civilisation, du cynisme immigrationniste de nos dirigeants, de l’idéologie de l’argent-roi qu’ils ont tant contribué à répandre. Et l’atroce Merah, qui a tué des soldats français et des enfants français juifs ? Venait-il des « réseaux Dieudonné » ? Non. Il est le fruit de la politique de l’Occident. Il est le fruit du jeu américain en Afghanistan contre les Russes, puis des deux guerres contre l’Irak, puis de l’intervention française en Libye qui a fait sauter Kadhafi, barrière contre le terrorisme d’Al-Qaïda, il est le fruit de notre action belliciste visant à alimenter la guerre civile en Syrie, il est le fruit de notre destruction des frontières et des identités. Et les jeunes dépouillant morts et blessés à Brétigny sur Orge lors de l’accident ferroviaire ? Ils étaient inspirés par Dieudonné ? Non, là aussi, ils étaient le fruit de notre nihilisme, de l’inconscience de nos gouvernants, de leur court-termisme, de leur mépris de ce que, quand on bouscule l’équilibre toujours fragile des civilisations, on déclenche des catastrophes en chaîne.

L’ « affaire » Dieudonné relève d’une stratégie de nos gouvernants : banaliser la vraie violence en créant un écran de fumée. Un de plus.

Pierre Le Vigan (Voxnr, 11 janvier 2014)

source et suite = http://metapoinfos.hautetfort.com/archive/2014/01/12/de-quoi-la-haine-contre-dieudonne-est-elle-le-nom-5269703.html

Etiquetage du pollen OGM rejetté par le Parlement Européen

En vertu de cette distinction sémantique, les apiculteurs n’auront à étiqueter leur miel comme « avec OGM » que si des traces d’OGM supérieures à 0,9 % de la masse totale y sont décelées. Dans le premier cas, le calcul du seuil d’étiquetage obligatoire se fait en effet sur le seul pollen, dans l’autre sur la totalité du produit et n’a aucune chance de dépasser les 0,9 %, donc de nécessiter un étiquetage.

LES EUROPÉENS IMPORTENT 40 % DE LEUR CONSOMMATION DE MIEL

La définition du pollen comme « ingrédient » avait été retenue en 2011 par la Cour de justice européenne, sa décision se voit donc renversée par le vote des eurodéputés.

Le vote du Parlement en plénière, réclamé notamment par la droite libérale, contredit également celui de sa commission environnement, qui avait soutenu cet automne l’option d’une traçabilité maximale. En revanche, il satisfait les producteurs d’Amérique latine qui avaient écrit aux eurodéputés lundi pour les mettre en garde contre une mesure menaçant selon eux l’approvisionnement en miel de l’UE.

Les Européens importent 40 % de leur consommation de miel, dont la moitié d’Amérique latine, où prospèrent les cultures OGM, Mexique et Argentine en tête. Le groupe européen des Verts a déploré un arbitrage qui « protège les OGM » aux dépens des apiculteurs et des consommateurs.

« NE PAS SOUS ESTIMER LE PROBLÈME »

Imposer une traçabilité maximale « irréaliste » aurait créé un « dommage collatéral » aux apiculteurs, a au contraire argumenté pendant le débat la rapporteure conservatrice britannique Julie Girling.

source et suite = http://lesmoutonsenrages.fr/2014/01/15/le-parlement-europeen-rejette-letiquetage-du-pollen-ogm/

Le fléau de l’élevage intensif : les germes tueurs

L’augmentation constante des bactéries multirésistantes

 

En septembre 2013, la « Salmonella Kentucky » rejoignait la « New Delhi métallo-beta-lactamase » dans la liste des bactéries multirésistantes aux antibiotiques. Cette souche connaît une explosion sans précédent depuis 2006, selon une étude publiée en mai dernier dans la revue The Lancet Infectious Diseases.

Résistante aux fluoroquinolones, antibiotiques puissants utilisés massivement chez l’homme comme chez l’animal, sa zone de contamination s’est progressivement élargie à toute l’Afrique et au Moyen-Orient. Ce n’est qu’un exemple récent parmi d’autres de l’augmentation constante des bactéries résistantes aux antibiotiques, mise en avant en novembre 2013, par un rapport de l’agence américaine “Centers of Disease Control and Prevention” (CDC).

25.000 décès par an en Europe

Les résistances augmentent dans le monde entier, notamment en Afrique, en Asie, en Amérique ou en Europe. Chaque année aux États-Unis, 2 millions d’infections et 23.000 décès sont causés par ces bactéries. En Europe aussi, les germes qui résistent aux antibiotiques causent environ 25.000 décès par an, dus à l’une des cinq bactéries multirésistantes les plus fréquentes.

Les Pays-Bas, le Danemark, l’Allemagne et la France sont ainsi touchés par l’explosion d’infections difficiles à soigner, car résistantes aux médicaments. Au banc des accusés, l’administration massive d’antibiotiques aux animaux.

L’enquête s’appuie sur les éclairages de chercheurs, d’éleveurs responsables, de vétérinaires et de médecins de plusieurs pays européens, pour dénoncer la pratique de l’administration vétérinaire massive d’antibiotiques aux animaux, autant à titre curatif que préventif.

C’est un chercheur néerlandais qui a, le premier, tiré la sonnette d’alarme en 2004 après avoir identifié la présence du SARM (stathylocoque doré résistant à la méthicilline) dans des élevages porcins. Les volailles produites à la chaîne suscitent aussi la méfiance: sont-elles infestées d’entérobactéries tout aussi coriaces ?

En outre, en dehors du contact direct avec le bétail, les bactéries se propagent via les cheminées d’aération des bâtiments d’élevage ou les épandages de fumier dans les champs, ce qui peut contaminer d’autres cultures, qu’elles soient bio ou pas. La riposte de la France L’accélération du phénomène inquiète l’OMS, qui évoque le risque réel d’une paralysie de la médecine moderne: sans antibiotiques, plus de chirurgie, plus de greffes d’organe, plus de chimiothérapies, plus de barrière thérapeutique pour empêcher la propagation des contagions…

La France, consciente du problème depuis 2011 avec le plan d’action “Ecoantibio 2012-2017″, prépare une riposte à l’antibiorésistance chez les humains. En mai dernier, un rapport visant à l’”Encadrement des pratiques commerciales pouvant influencer la prescription des antibiotiques vétérinaires” était remis au ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll.

La réforme prévue par le projet de loi d’avenir pour l’agriculture que les députés examinent depuis le 7 janvier, vise ainsi notamment à lutter contre l’antibiorésistance, par la baisse des ventes d’antibiotiques destinés aux animaux. Un objectif qui ne sera atteint que si l’on parvient à remettre en question en France les méthodes de l’élevage intensif, en prenant le tournant du bio et de l’agroécologie. Une vraie révolution verte…

source et suite = http://lesmoutonsenrages.fr/2014/01/15/germes-tueurs-le-fleau-de-lelevage-intensif/

Pourquoi les gens détestent-ils les Juifs?

Henry Makow

La raison pour laquelle ils veulent rompre notre relation à Dieu, c’est qu’ils ont l’intention de prendre Sa place.

macy&allen(Scène du film de 1998 « Pleasantville » réalisé par Gary Ross. Découvrez la raison choquante pour laquelle la mère de David est en couleur, mais son père est en noir et blanc.)

La semaine dernière, Henry Blodget, l’éditeur du Business Digest.com, a initié un débat en posant la question : «Pourquoi les gens détestent-ils les Juifs?»

Il a remarqué que l’activité de Goldman Sachs avait généré de l’antisémitisme ; Blodget a souhaité aborder le sujet.

Mais la réaction très négative a forcé Blodget à modifier la formulation de la question en la réduisant à «quelques» personnes, puis à : «Quelles sont les causes de l’antisémitisme?»

Il a fini par publier une rétractation :

«Certaines personnes que j’aime et respectent m’ont dit qu’elles se sentaient insultées et mal à l’aise avec le post… Je…

Voir l’article original 1 467 mots de plus

La Fin de la Femme

Henry Makow

mi-homme-mi-femme-600x369

A cause du féminisme, la féminité est en voie de disparition. Ce génocide psychologique s’appelle : « la libération de la femme ».

Lorsque la culture est contrôlée par des Satanistes, le « progrès » repose sur l’avancement de leurs critères.

J’ai participé à un cours de cuisine végétarienne. Le professeur est une femme de 70 ans qui en parait 55. Une autre des participantes, une québécoise à la retraite d’une soixantaine d’année, est aussi très enjouée.

D’habitude je ne remarque pas les femmes de mon âge (presque 64 ans) mais il y avait quelque chose d’étrangement différent chez ces femmes. Je me suis senti si à l’aise en leur présence que je me suis presque endormi. Puis j’ai fini par réaliser de quoi il s’agissait : ces femmes sont féminines. Je venais de tomber sur des membres appartenant à une espèce en voie d’extinction : la « femme ».

Tout comme moi, ces femmes…

Voir l’article original 729 mots de plus