Réajustement monétaire lors du démontage de l’euro

Pour les pays de la zone euro, la seule solution raisonnable, aujourd’hui, est un démontage concerté de la monnaie unique européenne. C’est pourquoi des économistes allemands et français, réunis à Düsseldorf, ont lancé un appel le 27 avril 2012, demandant à leurs gouvernements respectifs de convenir et de proposer cette solution aux autres États membres de l’Union européenne. Un réajustement monétaire va impérativement s’imposer. Il convient ici d’en expliquer l’origine, avant de préciser le montant nécessaire.

===

===

===

La poursuite de la politique actuelle de déflation ne peut qu’aggraver le chômage. La solution alternative, celle d’une « Europe des transferts », ne sera acceptée par aucun pays du Nord du continent. Ni l’obstination des divers gouvernements et de la Commission de Bruxelles, ni les astuces techniques du nouveau Gouverneur de la BCE, Mario Draghi, ne pourront empêcher à brève échéance l’éclatement de l’euro. C’est pourquoi il va être inéluctable de recréer des monnaies nationales dans les pays membres. Mais cette opération, qui implique une dépréciation par rapport au dollar et les réajustements indiqués à l’intérieur de l’actuelle zone euro, devra être effectuée selon l’exemple que nous a donné Jacques Rueff, en 1958, dans l’économie française. Sa réussite implique en effet une action ferme, opposée à tout laxisme et résistant aux pressions conservatrices de toutes sortes, appuyée par un pouvoir politique énergique.

===

suite et source = http://www.geopolintel.fr/article777.html

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s