AUDIO. Syrie & chimique. Point de vue de T. Mariani (UMP) et d’Allain Jules M.


jamais de fumée sans feu … et trop de fumée de tuer le feu …

pin ! pon ! la maison noire qui va bruler dans l’ enfer nucléaire made in USA

Allain Jules

chimique

Les passions chimiques des Amis de la Syrie. Point de vue de T. Mariani (UMP) et d’Allain Jules Menye.

Le couperet devait tomber. Il n’est pas tombé et sans doute il ne tombera jamais, car, sérieusement, si l’ONU disposait ne serait-ce que d’un soupçon de preuve de l’utilisation d’armes chimiques par l’armée gouvernementale syrienne, Bachar Al-Assad n’aurait pas tenu deux jours.

Voir l’article original 1 595 mots de plus

France : le FIASCO de l’ EMPLOI

Les français ont une caractéristique concernant le marché de l’emploi : ils ne demandent rien de moins que l’impossible, la sécurité de l’emploi à vie, précisément ce qu’une économie dynamique et productive ne pourra et ne devrait jamais pouvoir leur garantir.

Dans le système actuel, il n’y a ni fraternité, ni égalité – encore moins liberté. L’employé est libre de quitter son travail. Démissionner est considéré à juste titre comme appartenant aux droits de l’homme. Nier cette liberté revient en effet à instaurer l’esclavage et ou le servage. Il relève dès lors de la pure hypocrisie de refuser à l’employeur la possibilité de mettre un terme à un contrat passé avec l’un de ses employés. Lui refuser cette liberté,  c’est rendre esclaves les employeurs et les transformer en serviteurs assujettis aux employés et à leurs syndicats.

Un tel système est inexistant en France en raison de l’omniprésence d’un ensemble complexe et incompréhensible de régulations qui interfèrent avec cette liberté de contracter. Il n’est dès lors pas étonnant de ne trouver aucune trace d’un marché du travail dynamique. Au lieu de créer de nouvelles opportunités en dérégulant le marché du travail, le gouvernement a choisi de rendre encore plus précaires et plus vulnérables les emplois proposés. Peu importe que l’effet d’un tel changement entraîne éventuellement une augmentation de l’offre d’emploi : alors que des millions de français cherchent un emploi sans pouvoir en trouver, il est facile de comprendre pourquoi les jeunes sont pris de panique.

Il n’y a que deux raisons expliquant le chômage : l’existence de restrictions légales qui empêchent des contrats de se former (la France en présente un très grand nombre mais les Etats-Unis également) et l’existence d’un contrôle des prix qui interdit au marché du travail d’ajuster offre et demande comme il se doit (la France comme les Etats-Unis connaissent l’existence de tels contrôles). En d’autres termes, le chômage involontaire est toujours et partout le produit d’une cause unique : la restriction par le gouvernement du marché.

La France se retrouve ainsi pieds et mains liées, et ce – sur le long terme. Elle peut soit accélerer plus avant sur la voie du socialisme et anéantir ce qu’il reste de la civilisation française, ou elle peut pousser plus fortement en direction d’une réforme vraiment profonde et radicale, la seule réforme capable de créer une véritable libéralisation dans tous les domaines sans se confiner à un aspect du problème.

En bref, la France se trouve à la croisée des chemins, là où se sont également retrouvées la Russie et l’Europe de l’Est à la fin des années 80. Si les jeunes demandeurs d’emploi français raisonnaient en vrais progressistes, ils renverseraient les statues de Rousseau et de Robespierre pour en élever d’autres à la gloire de Turgot et de Bastiat.

source – http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-le-fiasco-francais-de-l-emploi.aspx?article=2338612582G10020&redirect=false&contributor=Lew+Rockwell.&mk=2

La Réserve Fédérale ne répond que devant Dieu !

Ben Bernanke ne sait peut-être pas que son boss est un petit malin. Voilà tout à coup que le taux d’intérêt sur 10 ans des bons du Trésor gonfle tel un furoncle purulent sur le pâle postérieur de Ben au moment où il pensait pouvoir s’asseoir et profiter du combat de boue entre Larry Summers et Janet Yellen pour sa succession.

Ce pauvre Ben, fidèle étudiant de la Grande Dépression, n’a pas su se rendre compte que son pays s’est transformé depuis une nation de fermiers et d’ouvriers en une nation de pole-dancers et de serveurs, etattend son sublime moment d’Hooverisation. Comme le pauvre Hoover, il se retrouve à faire les cent pas dans la cabine de pilotage six mois seulement après avoir géré la pile de détritus qu’est la finance Américaine construite sur une terre de fraude comptable et d’illusions dorées.

Les gens ont peur que les banques centrales aient finalement perdu le contrôle d’une situation qu’elles ne font que prétendre contrôler depuis 2007, alors que le racket grotesque qu’est le regroupage des prêts immobiliers a causé une fissure psychotique dans les murailles du système bancaire. Le remède a jusqu’alors été une demi-décennie de taux d’intérêts proches de zéro et d’utilisation forcenée de la carte de crédit nationale. La triste vérité commence à émerger au travers du brouillard de psychose, et le marché des obligations est perdu. Sans lui, tous les marchés papier sont cuits, ainsi que les marchés des actions et fort probablement le système fiduciaire tout entier.

Si vous vous préparez pour ce qui arrive, alors soyez sûr de vous préparer à un monde sans prétentions financières. La crédibilité est prise au piège dans les courants violents qui approchent des Hamptons. Quand l’eau partira, tout ce qu’il restera sera de petites choses affreuses gesticulant dans la boue, et quand elle reviendra, tout ce que vous verrez à perte de vue sera un spectacle de noyage de banquiers. Attachez-vous à votre communauté locale si vous en avez une. Et même si vous y parvenez, il vous sera difficile de donner un sens à tout cela.

source – http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-nulle-part-ou-se-cacher.aspx?article=4483148700G10020&redirect=false&contributor=James+Howard+Kunstler.&mk=2

Pourquoi les USA déstabilisent les nations souveraines a travers le monde

Leurs mobiles sont divers. L’un d’entre eux nous est présenté par Phil Greaves, de chez Global Research: ‘Il y a notamment deux partis à blâmer pour le sectarisme qui ronge la Syrie et se répand au-delà de ses frontières, et ces deux partis sont l’Arabie Saoudite et le Qatar. Entre ces deux Etats, et à l’origine de leurs politiques destructrices, se trouve l’Empire de l’ère moderne, celui qui tire le plus de bénéfices de la déstabilisation de régions riches en ressources. Depuis maintenant soixante ans, cet Empire a été les Etats-Unis d’Amérique’.

Une deuxième explication nous est apportée par l’hypothèse de Paul Craig Roberts: ‘Peut-être l’objectif de la guerre est-il de radicaliser les musulmans et donc de déstabiliser la Russie voire même la Chine’.

Un troisième raisonnement partagé par beaucoup, dont Greaves et Roberts, voudrait que la déstabilisation de la Syrie permette à Israël de parvenir à ses objectifs.

Pour les Etats-Unis comme Israël, c’est un moyen d’affaiblir le Hezbollah, qui est sponsorisé par l’Iran.

Le complexe militaro-industriel se nourrit de la guerre et de l’avancement et de la demande en services qu’apporte l’instabilité. Le Département pour la Sécurité Intérieure se nourrit d’une atmosphère de conflit et de peur. Les membres du Congrès se nourrissent de discours quant aux droits et à la démocratie, bien qu’ils ne fassent en réalité que promouvoir la guerre, l’instabilité, l’augmentation du nombre de réfugiés et la mort. Le Département d’Etat semble avoir abandonné toute diplomatie et être devenu le serviteur des influences des néoconservateurs.

Les Etats-Unis ont déployé des groupes pro-guerre dans de nombreuses églises.

Les hommes politiques croient en leur rhétorique d’expansion de la démocratie, de combat contre la dictature, de construction d’Etats progressistes et d’élimination de certains types d’armes. Ces croyances mêmes en font des opposants au deuxième amendement. Elles appartiennent à l’idéologie libérale qui est née alors que le libéralisme classique était remplacé par ses opposés que sont le nationalisme, l’expansionnisme et le progressisme.

Comment les Etats-Unis et l’OTAN peuvent-ils s’en tirer avec de telles politiques ? Quels sont les effets de ces politiques sur le long terme ? Ces questions sont tout aussi importantes à soulever.

source – http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-pourquoi-les-etats-unis-destabilisent-une-nation-apres-l-autre.aspx?article=4500209184G10020&redirect=false&contributor=Michael+S.+Rozeff.&mk=2

France : le trésor de l’ ETAT

Il est cependant un trésor caché – car on en parle peu – qui « gage » la dette publique : l’État, les collectivités locales et les administrations de sécurité sociale possèdent à elles trois un patrimoine évalué à plus de 2 500 milliards d’euros (2 538 milliards fin 2010), soit environ 125% de leur passif financier[1] !

À défaut d’une véritable stratégie de désendettement au long cours,  une autre option consisterait à répudier purement et simplement la dette publique ; certains économistes le recommandent d’ailleurs sans ambages[13].

Entre cette dernière option – la spoliation du créancier – et le prélèvement forcé d’un sixième du patrimoine des Français (taxe Delpla), le lecteur pourra toujours faire son choix. Car même si le pire n’est jamais certain, les propositions radicales ont au moins valeur de sonnette d’alarme. Et le péril fiscal que constitue la dette publique est suffisamment grave pour qu’on ne se prive pas de la tirer.

source – http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-l-tat-peut-il-ceder-le-patrimoine-des-administrations-pour-rembourser-la-dette-publique-.aspx?article=4501398426G10020&redirect=false&contributor=Erwan+Queinnec&mk=2

RAS LE BOL. Syrie/Iran: cette fois-ci, le président russe Vladimir Poutine ne rit plus


alors … ne jouons plus … ne rions plus … préparons nous au pire a venir !
il faut démissionner ces hommes élus des peuples et qui ne respectent pas ceux et celles qui les ont élus … demandons leurs démissions immédiate, mais, également des enquêtes afin de les poursuivre devant
la C.P.I pour crimes de guerre et crimes contre l’ humanité ! aux armes citoyens il est peut être temps de nous faire entendre avec force … beaucoup de force !

Allain Jules

Jouant les enfants gâtés, le président américain Barack Obama aurait demandé de ne pas s’asseoir à côté du président russe Vladimir Poutine. Sans preuve, mais suivant visiblement un calendrier, le prix Nobel de la guerre et accessoirement président américain affirme que la crédibilité de la communauté internationale est en jeu, si elle permet au président Assad d’agir en toute impunité. Vladimir Poutine lui a repliqué que, des mesures contre la Syrie sans l’approbation de l’ONU serait «une agression». Pire, juste avant le début du sommet,il a menacé d’armer l’Iran avec la défense antimissile russe, la plus perfectionnée au monde, si l’Occident attaque la Syrie.

Voir l’article original 262 mots de plus

La Russie et la Chine signent un contrat de livraison de gaz russe


un G20 pourquoi ? pour qui ? Russe et Chinois pensent « économie » quand Occident moribond pense « guerres » en Syrie et ailleurs …
alors un G20 pour les Chinois et Russes seul a avoir compris le système,
quant aux autres de piètres chefs d’ états, de grands menteurs, assoiffés de sang, de gloire, d’ honneur pour la guerre, par la guerre au non du N.O.M.

Réseau International

Nous vous l’annoncions dans l’article de Valentin Vasilescu du 3 septembre. C’est fait; la Russie et la Chine ont signé.

Le groupe russe Gazprom et la Compagnie nationale pétrolière chinoise (CNPC) ont signé un contrat de livraison de gaz russe à la Chine en marge du sommet du G20. La cérémonie s’est déroulée en présence du président chinois Xi Jinping et de son homologue russe Vladimir Poutine.

Voir l’article original 20 mots de plus