INDISCRETION & EMBARRAS D’OBAMA. Syrie: l’ONU en voie de disculper Damas des attaques chimiques?

« Honni soit qui mal y pense »

Honte à celui qui interprète comme répréhensible un acte
à l’intention innocente mais aux conséquences ambiguës.
Son utilisation contemporaine est souvent ironique et
souligne au contraire la mauvaise intention de quelqu’un
qui feint l’innocence.

Tu ne sais pas que c’est toi qui es malheureux, misérable, pauvre,
aveugle et nu…Je te conseille d’acheter chez moi de l’or purifié au
feu pour t’enrichir, des vêtements blancs pour t’en vêtir et cacher
la honte de ta nudité, un collyre pour t’enduire les yeux et voir clair !


De la force de la raison, aux raisons de la force.

Allain Jules

WASHINGTON, Etats-Unis – Visiblement, les médias occidentaux s’agitent mais, il faut attendre septembre pour voir les Etats-unis bombarder la Syrie. Mais, que se passe-t-il ? Le plan diabolique contre les arabes va-t-il accoucher d’une souris en Syrie ? Ban Ki-moon, vient de joindre le président américain Barack Obama pur lui dire qu’il faut 4 jours supplémentaires pour que ses enquêteurs puisse boucler leur travail. Dans la foulée, ce que ne disent pas nos médias, c’est qu’il lui a dit qu’un document remis par le Gouvernement syrien le disculpe à 100%, d’où cette demande supplémentaire de 4 jours, pour essayer d’apporter des informations qui pourraient remettre en cause la véracité syrienne.

Voir l’article original 311 mots de plus

Syrie : la colossale réserve de gaz

Un conflit qui dure depuis seize mois et qui aurait fait des milliers de morts selon une comptabilité tenue soigneusement par les médias des pays occidentaux qui attribuent insidieusement les morts uniquement au régime de Damas et non aussi aux insurgés armés lourdement par les Occidentaux avec l’argent des roitelets du Golfe. Les chrétiens ont peur de servir de variables d’ajustement d’un conflit qui les dépasse. Ce conflit, un siècle après les accords de Sykes-Picot, met en jeu les mêmes acteurs avec en plus, les Etats-Unis, la Russie et la Chine et…Israël. Les dépouilles sont toujours les mêmes, les dirigeants arabes faibles, lâches qui continuent à s’étriper pour le plus grand bien de l’Empire et de ses vassaux. Avec cette fois-ci, un coup d’arrêt à la tentation d’Empire, de la part de puissances asiatiques qui s’affirment.

L’argument énergétique

Le professeur Imad Fawzi Shueibi analyse les causes et les conséquences de la récente position de la Russie au Conseil de Sécurité de l’ONU. Le soutien de Moscou à Damas n’est pas une posture héritée de la Guerre froide, mais le résultat d’une analyse en profondeur de l’évolution des rapports de force mondiaux. La crise actuelle va cristalliser une nouvelle configuration internationale, qui d’un modèle unipolaire issu de la chute de l’Union Soviétique, va évoluer progressivement vers un autre type de système qui reste à définir. Inévitablement, cette transition va plonger le monde dans une période de turbulences géopolitiques. L’attaque médiatique et militaire à l’encontre de la Syrie est directement liée à la compétition mondiale pour l’énergie, ainsi que l’explique le professeur Imad Shuebi : la Syrie, centre de la guerre du gaz au Proche-Orient. C’est ainsi que Imad Fawzi Shueibi analyse la situation actuelle. Il écrit : L’attaque médiatique et militaire à l’encontre de la Syrie est directement liée à la compétition mondiale pour l’énergie, ainsi que l’explique le professeur Imad Shuebi. (2)

L’argument religieux : sunnite versus chiite

« Un autre argument de basse intensité est le conflit artificiel sunnite-chiite. Le conflit en Syrie est devenu, écrit Bernard Haykel, spécialiste du Moyen-Orient à l’université Princeton, une guerre par procuration entre Riyadh et Téhéran. Pendant de longues années, le salafisme a été le vecteur d’influence de l’Arabie Saoudite. Mais cette doctrine a créé des monstres, notamment Al-Qaîda, qui se sont retournés contre le régime des Al Saoud. Aujourd’hui, l’anti-chiisme et le discours contre l’Iran sont utilisés par la monarchie pour que les Saoudiens, à 90% sunnites, fassent bloc derrière le régime. Cela pourrait devenir aussi la nouvelle base des relations avec les États-Unis. Il a montré comment le régime saoudien tente de tirer son épingle du jeu dans le grand chambardement du printemps arabe. (3)

Le résultat de cette anomie

Quels sont les perdants et quels sont les gagnants ? Le grand perdant est d’abord et avant tout le peuple syrien qui paie le prix fort d’une guerre qui le dépasse. Il devient clair que la clé de la réussite économique et de la domination politique réside principalement dans le contrôle de l’énergie du XXIe siècle : le gaz. C’est parce qu’elle se trouve au coeur de la plus colossale réserve de gaz de la planète que la Syrie est sur une plaque tectonique énergétique. Une nouvelle ère commence, celle des guerres de l’énergie. Le grand gagnant dans tous les cas est Israël qui réussit — sans y participer — à affaiblir ses adversaires, l’Iran, les pays arabes qui ne comptent plus et le Hezbollah. On l’aura compris, la paix en Syrie n’est pas pour demain. Hélas !

Chems Eddine Chitour

source – http://www.mai68.org/spip/spip.php?article4369

« Quand les riches se font la guerre, ce sont les pauvres qui meurent. »

– Jean-Paul Sartre (extrait du livre Le Diable et le Bon Dieu)

Syrie : le complot

Hier c’était l’anthrax, aujourd’hui c’est le gaz chimique ! Franchement, comment faire confiance à un étron comme Botul, un messianiste dont la seul mission est la destruction de l’Humanité ? Comment faire confiance au plus grand criminel de tous les temps : l’Amérique, le Grand Satan ? Avez-vous perdu la raison ? Risquer de déclarer une Guerre Mondiale qui va dégénérer en désordres locaux civils aussi bien en Europe que dans les pays de la région… S’allier aux USA qui sont sous tutelle israhellienne est d’une profonde bêtise, voire duplicité.

Entre Occidentaux et Russes, quelle position vous semble la plus cohérente ?
Les Russes sont les plus cohérents car ils travaillent sérieusement pour les négociations de Genève 2 [sensées mettre autour d’une même table le régime et les opposants]. Les Américains ont triché. Deux ou trois fois, ils se sont retirés, au moment où s’opérait un rapprochement.

Que deviendra Bachar al Assad ?
Il ne va pas rester. Si les négociations aboutissent, elles mèneront de facto à un régime parlementaire. Si du moins on accepte de respecter le texte de base de Genève 2 qui est le meilleur texte, avec par-dessus un compromis international. Mais laissez-moi dire ceci : quand on parle de massacrer des minorités, et que le président fait partie d’une minorité, comment peut-on lui demander de se retirer ou ne pas se retirer ? Aujourd’hui, la politique occidentale a renforcé sa position de défenseur de l’unité syrienne et des minorités. Cela dit, personne ne pourra revendiquer de victoire : la violence est devenue tellement aveugle qu’il faudrait vraiment un front élargi de l’opposition et du régime pour en venir à bout.

source – http://www.lelibrepenseur.org/2013/08/28/syrie-le-complot-des-attaques-chimiques/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=syrie-le-complot-des-attaques-chimiques

A propos de « lecitoyenengage »

« Citoyen » parce que je suis un individu faisant partie d’un collectif appelé société. « Engagé » parce que engagé dans la lutte contre le nouvel ordre mondial qui promeut une mondialisation d’inspiration judéo-maçonnique basée sur le bankstering, soit la Loi de l’usure, la suprématie du matérialisme, Satan. Une idéologie qui a pris le contrôle de l’occident via l’empire anglo-américain pour mieux le détruire ensuite en le poussant à la guerre face à l’empire islamique d’orient. Gog contre Magog pour le plus grand bénéfice des talmudistes.

Le citoyen engagé

source – http://lecitoyenengage.fr/

http://lecitoyenengage.fr/les-putes-va-t-en-guerre-en-syrie-4696

A propos de « lecitoyenenrage »

AUTOPERSUASION ET « PREUVES » US. Syrie: la CPI va-t-elle inculper Obama, Cameron et Hollande ?

 

 

Allain Jules

Analyses fausses, postulats et préjugés accompagnent la réflexion des dirigeants occidentaux obnibulés par leur puissance. Les juristes autoproclamés et les spécialistes de pacotille en relations internationales triturent le trait, mentent comme des arracheurs de dents et tentent de faire croire qu’ils aiment les Syriens. Comme ils trouvent toujours des formules, ils diront pour cette intervention, qu’elle est « illégale, mais légitime », comme le fit en son temps Madeleine Albright, pour le Kosovo. Le président français François Hollande parle de « punir » et de « protéger les civils ». C’est comme un petit chihuahua qui aboie tout en balançant sa queue de plaisir. Bref, un grand jeu de dupes, une falsification indescriptible. Où étaient-t-ils tous, quand Damas demandait aux inspecteurs de l’ONU d’aller enquêter à Khan al-Assal près d’Alep ? Qu’ont-ils dit après les révélations de Carla Del Ponte ? Rien.

Voir l’article original 473 mots de plus

Barack Obama: vers la destitution ?

Réseau International

Destitution ObamaAlors qu’une intervention militaire se prépare contre la Syrie, aux Etats-Unis, de plus en plus de voix s’élèvent pour exiger la destitution de Barack Obama.

L’affaire de Benghazi, la politique d’assassinats ciblés par drone, les écoutes de la NSA, le départ en guerre contre la Libye et demain la guerre qui s’annonce contre la Syrie, les sujets ne manquent pas pour destituer un président qui est à la dérive.

En tout cas, le sujet est sur la table comme le rappellent les mises en garde du sénateur républicain Tom Coburn de l’Oklahoma, qui ont provoqué une avalanche de commentaires dans toute la presse américaine.

Coburn, pourtant un ami d’Obama, a affirmé sans en préciser les raisons que le Barack Obama « s’approche dangereusement de la destitution » et qu’on se dirige vers une « nouvelle crise constitutionnelle »,

En guise de réponse, l’un des proches collaborateurs d’Obama, David Axelrod, a ironisé que le…

Voir l’article original 349 mots de plus