La NSA plus forte que l’UE, l’ONU ou l’AIEA

Soupçonnée d’avoir espionné l’Union européenne, l’agence de sécurité américaine (NSA) est cette fois accusée d’avoir infiltré l’ONU et l’AIEA.

Der Spiegel qui avait déjà mis le feu aux poudres en annonçant que l’Union Européenne était espionnée par la NSA continue ses révélations en publiant hier des documents confidentiels provenant du « lanceur d’alerte » Edward Snowden. Ils prouvent que l’agence a en effet intercepté les conversations cryptées des Nations Unies, ainsi que de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Cette fois, ce sont les échanges entre diplomates onusiens qui ont été surveillés. 458 communications peuvent en effet être isolées par la NSA en une seule semaine.


L’Union européenne sous surveillance renforcée

Selon le journal allemand, la NSA surveillait plus particulièrement l’Union européenne, notamment depuis le déménagement de la délégation européenne des nations unies dans des bureaux new-yorkais en septembre 2012. La NSA détenant les plans des locaux ainsi qu’une cartographie complète de l’infrastructure informatique des représentations européennes à Washington.La surveillance américaine ne connaît pas non plus de frontières diplomatiques. Dans les ambassades américaines, derrière les tapisseries raffinées… les micros sont partout. Le rapport révèle de fait que l’agence possède des extensions dans 80 ambassades américaines, chargées de surveiller les communications sur les territoires en question. Parfaitement consciente des limites franchies par ce programme « special collection service» (service de collecte spéciale), l’agence demande dans l’un des documents confidentiels publié par l’hebdomadaire allemand à ce que son existence soit impérativement gardée au secret « sous peine de causer d’importants dégâts (aux) relations avec les pays hôtes« .

« La surveillance est intense et bien organisée et a peu à voir, voire rien du tout, avec l’objectif de faire échec au terrorisme », écrit Der Spiegel. L’intrusion de la NSA au sein des Etats et des grandes instances internationales sera d’autant plus difficile à défendre.

Russie & ONU versus OTAN

Nous avions déjà fait un parallèle entre les faux-massacres attribués aux Serbe en Bosnie et au Kosovo, et les tentatives de montages du même type en Syrie. La manipulation des cadavres des civils, la volonté de faire fi des inspections de l’ONU, le règne absolu de la mauvaise foi et du mensonge, le soutien total au terrorisme, sont bien les marques de la diplomatie américaine.

La question est de savoir désormais si les États-Unis vont intervenir. Le rôle de la France et de l’Angleterre n’étant important que pour donner une légitimité à cette fameuse communauté internationale, incarné en fait par les États-Unis et eux seuls.

Pour continuer notre parallèle avec le Kosovo, il faut prendre en compte plusieurs facteurs.

source et suite – http://alexandrelatsa.ru/2013/08/la-russie-et-lonu-contre-lotan/

Israel transforme des étudiants en agents du « Web Net »

Dans l’infiniment grand et nébuleux de l’Internet, la galaxie n’est plus qu’un immense bourdonnement de clics, plus ou moins bien inspirés et bien intentionnés sous des pseudos invérifiables, dans laquelle l’espionnite aiguë de certains États peut aisément se faufiler, serpenter et agir à sa guise, ni vu ni connu, derrière les claviers.

Parmi les sujets brûlants qui enflamment par trop la Toile au goût du gouvernement ultra-sioniste, la sécurité de l’Etat hébreu, la lutte contre son boycott et sa délégitimation, sans oublier l’antisémitisme sont traités en priorité par ces jeunes agents très spéciaux enrôlés pour répandre la propagande israélienne et embellir une réalité en vue d’entretenir le mythe de la « seule démocratie du Proche-Orient ». Que la vitrine d’Israël est belle sur le Net après que les messages publiés par ses bataillons de taupes zélées aient chanté les louanges de ses valeurs démocratiques, de sa tolérance religieuse et de son pluralisme !

Ce regain d’espionnage sur la Toile a-t-il été exacerbé par la défaite cuisante essuyée par Israël sur un terrain où ses sombres stratèges n’imaginaient pas être vaincus : les réseaux sociaux ? En effet, en novembre dernier, lors de sa nouvelle offensive meurtrière dans la bande de Gaza, le gouvernement de Netanyahu n’a guère apprécié avoir perdu la guerre des mots ou plutôt des « hashtag ».

source – http://www.legrandsoir.info/israel-recrute-des-etudiants-pour-les-transformer-en-agents-secrets-du-net.html

Analyse du PCF sur l’ Europe entre 1947 et 1980

Quelle était l’analyse du Parti Communiste Français sur « l’Europe » dans les années 1947-1980 ?

En commentant, dans un article précédent, la tribune publiée par le président bolivien Evo Morales dans Le Monde Diplomatique de ce mois d’août 2013, j’ai souligné que les analyses du chef d’État sud-américain étaient à peu de choses près les mêmes que celles de l’UPR. À savoir que l’Europe est devenue une colonie américaine, inspirée par une conception racialiste du monde, débouchant nécessairement sur une vision belliqueuse de la vie entre les nations.

Ces analyses sont à la base même de la création de l’UPR. Je n’ai pas cessé de les exposer précisément au public depuis lors. Elles sont perçues comme des révélations sensationnelles par de très nombreux Français qui découvrent mes conférences, tant ils ont été persuadés, par plusieurs décennies de propagande médiatique et de consensus politique, que la prétendue « construction européenne » serait une invention française, à la fois inévitable et souhaitable, visant à faire contrepoids aux États-Unis et à assurer la paix, la démocratie et la prospérité.

Mais, comme nos compatriotes constatent quotidiennement que l’Europe leur apporte exactement le contraire de ce qu’on leur promettait – la soumission complète aux États-Unis, la guerre, la tyrannie et l’appauvrissement -, mes analyses leur apparaissent soudain comme étant enfin les bonnes, tandis que certains porte-serviettes des intérêts américains les taxent de « conspirationnistes », faute de savoir quoi leur répondre sur le fond.

Pourtant, une large partie de mes analyses ne sont pas nouvelles, notamment tout ce qui concerne le rôle des États-Unis dans cette opération géopolitique, et les visées hégémoniques et guerrières que recèle l’ensemble du projet. Tout cela était au contraire de notoriété publique voici 30 à 50 ans. Deux grandes familles politiques l’exposaient dans des discours, des déclarations publiques, ou des écrits politiques très circonstanciés :

  • les gaullistes entre 1945 et 1980 environ ;
  • les communistes sur à peu près la même période.

Comme je l’ai indiqué dans mon article précédent, j’ai déjà insisté suffisamment – dans mes conférences, mes articles ou mes entretiens à la radio -, sur la pensée et l’action de Charles de Gaulle vis-à-vis de la prétendue « construction européenne » pour qu’il ne soit pas utile que j’y revienne ici.

Je convie ceux qui nous découvrent et qui ignoreraient mes analyses à commencer, par exemple, par visionner ma conférence “Qui gouverne la France et l’Europe ?“  – dans laquelle je décris par le menu détail la stratégie de Charles de Gaulle vis-à-vis de la « construction européenne » dans les années 60.

En revanche, comme je n’ai pas suffisamment parlé de la pensée et de l’action des communistes français dans ce domaine, il me semble judicieux d’y consacrer un long dossier spécifique, que j’espère objectif, et que je livre ci-après à la sagacité de mes lecteurs.

  • Dans une première partie (publiée ci-dessous), je récapitule ce que fut l’analyse du PCF sur la « construction européenne » au cours des années 1947-1980 (environ), en donnant pour cela de larges extraits d’un ouvrage rédigé par la direction du PCF sur l’Europe fin 1978 et paru début 1979.
  • Dans une seconde partie (publiée à la suite), je fais part des commentaires et des enseignements que cette analyse me suggère, et comment elle prouve que la position sur l’Europe du PCF de 2013 n’a plus rien à voir avec ce que fut celle du PCF de 1947 à 1980. Elle s’en situe même à peu près à l’exact opposé. Autrement dit, le PCF européiste de 2013 n’est pas plus « communiste » que l’UMP européiste n’est « gaulliste ».

source – http://www.upr.fr/dossiers-de-fond/quelle-etait-lanalyse-du-parti-communiste-francais-leurope-les-annees-1947-1980

 

 

Méfiez vous des apparences !

« Les membres de l’équipe des Nations unies (…) ont essuyé des tirs de groupes terroristes armés alors qu’ils entraient dans la région de la Moadamiyat al-Cham », au sud-ouest de Damas. Et un responsable syrien de préciser que les services de sécurité « avaient escorté (les inspecteurs) jusqu’au site contrôlé par ces groupes ». « Le gouvernement syrien fait assumer aux groupes terroristes la responsabilité de la sécurité et de l’intégrité physique des membres de l’ONU et la garantie qu’ils rentrent sains et saufs ». 

Vous avez dit bizarre ? 

Qui a donc si peur de la vérité ? 

C’est à ne plus rien y comprendre en Syrie.

source – http://www.alert2neg.com/article-pourquoi-les-gentils-terroristes-tirent-ils-sur-l-onu-en-syrie-119716834.html

[EXCLUSIF] – INTERVIEW. Dr. Bachar al-Assad: «Tous les contrats conclus avec la Russie sont respectés »

De la force de la raison, aux raisons de la force

Allain Jules

Interviewé par Alexander Potapov et Yuri Matsarsky  pour le quotidien russe Izvestia, le docteur Bachar al-Assad, président de la République arabe syrienne, a rassuré ses compatriotes et lancés des piques à l’encontre de ses ennemis. A propos de la menace d’invasion par les Etats-Unis et l’Occident, il a parlé de l’échec probable de l’action. Sur  ses relations avec Vladimir Poutine et du destin commun entre les Russes et les Syriens, il a dit que tout était au beau fixe. Ensuite, il a aussi parlé des contrats signés avec la Russie.

Voir l’article original 3 677 mots de plus

Michel Collon répond à RT au sujet des armes chimiques en Syrie (vidéo)

De la force de la raison, aux raisons de la force

Réseau International

Michel Collon-RT

Interviewé par la chaîne Russia Today sur l’utilisation des armes chimiques en Syrie (et par qui ?), Michel Collon expose brièvement les 5 principes de la propagande de guerre, qui permettent à chacun de repérer la désinformation, les intérêts cachés, la diabolisation de l’adversaire et le refus du débat public. Pourquoi, informés par les satellites russes qui montreraient que ce sont les rebelles qui ont employé ces armes, les Etats-Unis, la France et leurs alliés tirent leurs conclusions avant même toute enquête…

 

Michel Collon

http://www.michelcollon.info/Propagande-de-guerre-pour.html

Voir l’article original