Campagne mondiale de propagande sioniste

L’Agence juive va lancer la campagne de propagande et de colonisation sionistes « la plus exorbitante » jamais vue

L’Agence juive – l’ONG juive la plus puissante au monde dont l’objectif premier est de coloniser la Palestine avec des juifs étrangers – est sur le point de lancer une campagne extravagante pour commercialiser Israël aux Américains. Selon The Times of Israel, la campagne va se centrer sur quatre domaines : l’enseignement sur Israël dans les institutions juives, l’implication pro-Israël sur les campus dans le monde entier, des voyages d’études en Israël et des incitations à l’émigration juive en Israël.

D’une part, il y a le petit problème de Daniel Seaman (photo ci-dessous), le représentant du gouvernement chargé de la promotion de l’image d’Israël dans les réseaux sociaux – et de diriger une équipe de propagandistes sur Twitter et à qui ses patrons viennent de demander de cesser ses activités en raison de plaintes pour langage raciste et incendiaire.
Photo

Mais ce n’est pas tout. Prenez, par exemple, le cas de la famille palestinienne Jaber, à Al-Baqa’a, qui a été harcelée et attaquée par les squatters sionistes de Kiryat Arba. La vidéo ci-dessous, qui montre les squatters, escortés par la police israélienne, se déchainer autour de la maison de Hudaina et Atta Jaber, a été filmée par la fille du couple depuis l’intérieur de la maison, le 12 juillet 2013. Comme c’est toujours le cas lorsque des squatters juifs attaquent des biens palestiniens, les soldats israéliens étaient du côté des voyous juifs – qui sont venus avec leurs jeunes enfants pour aider à détruire les cultures des Palestiniens – pendant qu’ils saccageaient la ferme, qui appartient à la famille Jaber depuis 600 ans.

Dans ce contexte, aucune personne sensée ayant un peu de matière grise entre les oreilles n’achètera la propagande israélo-sioniste, peu importe le montant de son financement.

La vérité éclatera, et des montagnes d’argent sale ne réussiront pas à la cacher.

source – http://www.ism-france.org/analyses/L-Agence-juive-va-lancer-la-campagne-de-propagande-et-de-colonisation-sionistes-la-plus-exorbitante-jamais-vue-article-18351

www.agencejuive.org/Massa www.agencejuive.org/Massa http://www.agencejuive.org/Massa

Media mensonge Media psychose Mega profits

Vague de fausses alertes médiatiques sur la rupture de stock d’un médicament (Communiqué)

Nous publions ci-dessous, sous un titre de notre choix, un communiqué du 18 août de l’association « Vivre sans thyroïde ».

Depuis une dizaine de jours, on assiste à un véritable « matraquage » des médias, avec de gros titres parlant de « pénurie », de « rupture de stock », de « 3 millions de Français qui n’ont plus accès à leur médicament ». À titre d’exemple, voici quelques articles et reportages diffusés dans les grands médias [1] : « Thyroïde : la pénurie de levothyrox crée l’inquiétude » dans Le Figaro le 7 août, « Des patients s’inquiètent d’une pénurie du médicament thyroïdien Lévothyrox » sur France TV Info le 8 août, « Pénurie de lévothyrox : l’agence du médicament autorise l’utilisation de substitut » dans Le Parisien du 9 août, « Après le Lévothyrox, 45 médicaments en rupture de stock » sur France Info le 17 août, ou encore « Médicaments : comment expliquer les ruptures de stock » dans Le Nouvel Observateur le 18 août.

Or, la plupart de ces articles et reportages alarmistes contiennent des inexactitudes, et suscitent des angoisses inutiles chez les patients !

Leur « alerte » a été reprise par un grand nombre de médias, avec des propos souvent très anxiogènes, parlant de risque de coma et de mort, de « récidive assurée du cancer ». Ces risques, bien sûr, existent, mais uniquement si on reste plusieurs mois sans traitement … Or, les difficultés d’approvisionnement n’étaient que ponctuelles, et avec la procédure d’urgence mise en place, aucun patient, même en s’y prenant au dernier moment, ne devrait rester sans traitement plus de deux ou trois jours, ce qui n’aura aucune conséquence pour sa santé.

Après, certains accusent les patients de « faire des stocks » – ce n’est pas étonnant, avec toutes ces angoisses créées par les médias ! D’une part, on leur dit que « leur vie dépend du médicament », qu’ils risquent le coma et la mort, de l’autre, qu’il n’y en a plus en pharmacie… et après on s’étonne qu’ils cherchent à se procurer quelques comprimés d’avance ?

Informer, OUI !!! Nous sommes les premiers à dire qu’il est important d’être au courant des problèmes – et d’intervenir pour améliorer la situation, en dialoguant et, au besoin, en faisant pression sur les laboratoires et sur les autorités, en exigeant des solutions… Mais faire ainsi du « matraquage », avec des informations souvent inexactes, exagérées, répétées en boucle – ce n’est pas ainsi que nous concevons le devoir de la presse, et nous sommes désemparés devant cette situation, ne sachant plus comment rassurer les nombreux malades qui nous appellent ou nous écrivent, paniqués !

source – http://www.acrimed.org/article4125.html

BADABOUM ! Egypte: comment les Frères argent « musulmans » recevaient des pots-de-vin américains et qataris

De la force de la raison, aux raisons de la force

Allain Jules

C’est Walid Shoebat, ancien Frère musulman, qui produit le document que vous trouverez en dessous. Il rage contre la confrérie, en l’accusant de faire le jeu des Américains. Pour les supporters zélés des Frères, ça va être un nouveau coup de massue. En effet, le procureur général égyptien Hisham Barakat à la recherche de preuves contre la confrérie, a révélé un document implacable prouvant que les dirigeants des Frères musulmans qui sont actuellement arrêtés ont accepté des pots-de-vin via l’ambassade américaine au Caire. D’ailleurs, Almesryoon, un journal égyptien, cite une «source judiciaire».

Voir l’article original 384 mots de plus

Passation de pouvoir au Sahel

De la force de la raison, aux raisons de la force

Réseau International

etats-fragiles-sahel-L-0rLJSLPendant qu’au Mali M. Dioncounda Traoré va passer la main au nouveau président élu Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), en attendant tranquillement son futur poste dans l’un des organismes des instances internationales (en récompense de ses bons et loyaux services), une autre passation de pouvoir se passe en ce moment, mais cette fois à l’échelle de la région. En effet, il a été décidé de regrouper les deux grandes entités, formées elles-mêmes de plusieurs groupes disparates éparpillés dans tout le Sahel, de la Mauritanie au Tchad, affublées de différents noms sous forme d’initiales, et qui n’avaient qu’une seule raison d’être : terroriser. Terroriser qui ? Ce n’était pas très clair. Tantôt c’était les touristes amoureux du désert, avec quelques enlèvements lucratifs. D’autres fois c’était les intérêts de la France qui étaient visés. Dans quelques autres cas c’était les gouvernements locaux (et leurs armées) qui étaient leurs cibles. Parfois certains d’entre eux cherchaient à…

Voir l’article original 468 mots de plus

L’Occident contre-attaque en Syrie – MK Bhadrakumar

De la force de la raison, aux raisons de la force

Réseau International

Ake Sellstrom-Ban Ki MoonLa coïncidence ne pouvait pas être plus révélatrice. A peine les inspecteurs de l’ONU pour les armes chimiques sont arrivés à Damas – dans les 72 heures, en fait – les figures de l’opposition syrienne basée à Istanbul, en Turquie, ont affirmé que jusqu’à 1.400 personnes ont été tuées dans des attaques d’armes chimiques par les forces gouvernementales dans les environs de la capitale syrienne mercredi matin.

Le blitzkrieg médiatique a été aussi impressionnant – des conférences de presse, des présentations vidéo de militants de l’opposition, des «avis d’expert» dans les capitales occidentales et des réactions instantanées par les politiciens occidentaux.

Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, l’Union européenne et la Ligue arabe sont parmi ceux qui ont réclamé une action urgente.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a tenu rapidement une réunion à huis clos pour examiner l’accusation contre le gouvernement syrien. Sans surprise, le gouvernement syrien a…

Voir l’article original 2 144 mots de plus

Commandos en Syrie : intox ou info ?

De la force de la raison, aux raisons de la force

Réseau International

0427-afghanistan-commando_full_600Des bruits circulent en ce moment dans les médias concernant un commando qui serait en train de se diriger vers Damas. Il serait en route depuis la mi-août. Selon ces média, le Figaro et RTL entre autres, « un premier groupe de 300 hommes, sans doute épaulés par des commandos israéliens et jordaniens, ainsi que par des hommes de la CIA, aurait franchi la frontière le 17 août ».

S’ils ont raison, cela voudrait dire que l’armée syrienne est vraiment mal en point, et qu’une bonne partie de la Syrie est entre les mains des rebelles. Nous aurait-on menti, en déclarant tous les jours que l’armée syrienne avance ? 300 hommes armés ne passent pas inaperçus. En une semaine de déplacement ils auraient dû être repérés, à moins qu’ils n’évoluent dans un milieu ami. Même dans ce cas-là, jusqu’à preuve du contraire, le ciel syrien appartient encore aux syriens et à leur…

Voir l’article original 158 mots de plus

Comment les USA imposent leur droit national dans le monde entier

De la force de la raison, aux raisons de la force

Réseau International

usaLe droit international contemporain se fonde sur le principe de souveraineté nationale. Conformément à ce principe, le pouvoir de n’importe quel pays est souverain, autosuffisant sur le territoire national, et ne dépend pas du pouvoir d’un pays étranger.

Cela signifie que les lois nationales ne s’appliquent que dans les limites du pays, exception faite de certains cas expressément spécifiés. Il existe aussi le principe d’exterritorialité, lorsque le pays admet l’application sur le territoire national d’une loi étrangère dans le cas d’examen judiciaire des transactions commerciales extérieures ou des affaires de succession transfrontalières.

Or, les autorités américaines ont inversé de fait ces principes en conférant ouvertement à leur lois un caractère exterritorial, à l’image des lois sur les sanctions contre Cuba, la Corée du Nord, l’Iran, et au total pas moins de 14 pays « mal aimés » par l’Amérique.

En 2008, les États-Unis ont décrété des sanctions contre la société…

Voir l’article original 831 mots de plus