Les choses vont de mal en pis – Paul Craig Roberts

De la force de la raison, aux raisons de la force

Réseau International

naufrage_titanicDes choses terribles se passent en ce moment, tellement rapidement que nous n’arrivons pas à suivre. Monsanto, largement considéré comme une entreprise criminelle, étend son monopole sur les semences et la production alimentaire au Chili et en Amérique latine. http://rt.com/news/chile-protest-monsanto-law-634/ Monsanto a renoncé pour l’instant à monopoliser l’agriculture européenne, mais a fait en sorte que l’UE lui permettre de commercialiser des produits alimentaires génétiquement modifiés. L’argent parle, ce qui est peut-être la raison pour laquelle l’ancienne présidente du Chili, Michelle Bachelet, a présenté le projet de loi pro-Monsanto que l’une des chambres législatives a voté. Il y a des manifestations de masse au Chili contre le projet de loi qui détruit la souveraineté du Chili sur sa production alimentaire, mais, de la même manière que Monsanto peut acheter le gouvernement américain, il peut aussi acheter le gouvernement chilien. De nos jours, les gouvernements sont simplement une autre marchandise pouvant être…

Voir l’article original 358 mots de plus

CNIL affaire PRISM le G29 saisit la commission européenne

Le G29, groupe des CNIL européennes, considère qu’il lui appartient d’évaluer l’impact exact du programme PRISM sur la protection de la vie privée et des données des citoyens européens. Il a donc adressé, le 13 août 2013, un courrier à la vice-présidente de la Commission européenne, Mme Viviane Reding, afin de demander des clarifications sur la législation américaine en matière de surveillance des citoyens européens et sur ce programme. Les législations nationales des États membres doivent également faire l’objet d’un examen plus précis.

Dans ce cadre, la CNIL a déjà mis en place un groupe de travail sur l’accès des autorités publiques étrangères à des données personnelles de citoyens français, qui présentera un premier bilan de ses travaux en septembre.

Elle a également saisi le gouvernement afin que des précisions lui soient apportées sur un éventuel programme français de collecte massive et automatique de données, qui, s’il existait, serait réalisé en dehors du cadre juridique prévu par le législateur.

La CNIL va poursuivre ses investigations sur les éventuelles pratiques françaises en matière de surveillance massive des communications.

source – http://www.cnil.fr/nc/linstitution/actualite/article/article/affaire-prism-le-g29-saisit-la-commission-europeenne-et-entame-une-evaluation-independante-du-p-2/

http://conventions.coe.int/Treaty/fr/Treaties/Html/108.htm

http://www.cnil.fr/