L’arsenal stratégique de la Syrie


Avec la défaite de l’Irak dans la guerre du Golfe et le démantèlement consécutif de son important programme d’armement stratégique, la Syrie possède désormais l’arsenal militaire le plus avancé dans le monde arabe.

Ce pays a investi de vastes ressources pour acquérir une série d’éléments destinés à mettre sur pied une puissance stratégique comprenant des armes non conventionnelles (chimiques et biologiques), des systèmes d’attaque à longue portée (missiles balistiques, missiles de croisière et avions de combat) et des systèmes de reconnaissance…

Les motivations qui poussent la Syrie au développement de cette capacité militaire sont largement inspirées par les convictions du président Assad concernant Israël, convictions partagées par les membres clés de son entourage: l’État Juif « agressif, aux visées expansionnistes », aspire selon eux à occuper le territoire s’étendant du Nil jusqu’à l’Euphrate, afin de réaliser les promesses bibliques. Ils croient également qu’Israël tente de parvenir à l’hégémonie régionale en maintenant les Arabes faibles et divisés. La nature expansionniste et agressive de l’État Juif se traduit au niveau militaire par une série de facteurs: le développement d’armes nucléaires d’Israël, qui lui permet de dominer ses voisins arabes et de les intimider; la formation de ses divisions blindées établie de manière à rapidement déplacer le champ de bataille sur le terrain ennemi; la création d’une puissante armée de l’air capable d’attaquer des objectifs dans toute la région; et enfin son adhésion à une doctrine militaire orientée vers l’offensive.

La Syrie tentera de préserver ce potentiel en maintenant un arsenal de Scud-B et Scud-C et de M-9 suffisant pour submerger la défense antimissile israélienne et en développant des missiles de croisière suffisamment précis et furtifs pour pénétrer sa défense aérienne. Bien que la Syrie soit à même actuellement* de perturber les efforts de mobilisation israéliens par des attaques chimiques au cours de la phase initiale d’une guerre, il est probable qu’elle renoncera à recourir à ces armes de crainte de représailles massives.

Par conséquent, elle a placé en priorité le développement de moyens conventionnels capables de freiner la mobilisation des forces israéliennes. Pour atteindre cet objectif, elle tentera de se doter de missiles tel le M-9 et d’une première génération de missiles de croisière à la portée plus longue et aux performances plus précises que ceux qui se trouvent actuellement dans son arsenal; elle les équipera avec des têtes avancées de submunitions; elle tentera également d’acquérir de nouvelles munitions « stand-off » à larguer par voie aérienne une fois qu’elles seront disponibles pour l’exportation. Toutes ces mesures assureront la validité continue de la force de dissuasion stratégique syrienne et augmenteront sa capacité de lancer des attaques contre des objectifs opérationnels et tactiques au cours de la première phase d’une guerre, lui permettant ainsi de combler l’important retard de son potentiel face à Israël.

source – http://nouvelles-infos.blogspot.fr/2013/08/conflitguerre-mondiale-larsenal.html?showComment=1377976161593#c4839239459089121667

L’Occident à la Conquête du Chaos


Les États-Unis cherchent, avec une énergie renouvelée depuis le 11 septembre 2001, à renverser, par tous les moyens, les régimes qui ne se soumettent pas à leur vision du monde et n’acceptent pas une Pax Americana qui se nourrit de guerres et de ‘chocs entre les civilisations’. Wesley Clark (Commandant Suprême des Forces militaires de l’Otan de 1997 à 2000) rappelle, dans une interview du 2 mars 2007 [1], que la liste des régimes visés par l’ire américaine au lendemain du 11 septembre 2001, comprenait, tout spécialement, ceux des pays suivants : l’Irak, la Libye, la Syrie, le Liban, la Somalie, le Soudan et l’Iran.

lutôt que de soutenir des oppositions démocratiques aux régimes visés (ce qu’ils font de manière très marginale) les États-unis ont choisi de recourir principalement au terrorisme islamique pour déstabiliser puis renverser les leaders politiques des pays qui contrarient ou contestent leur volonté de puissance hégémonique [2] (volonté exprimée sans complexe dans de nombreux documents militaires rendus publics ou dans les publications des think-tanks néoconservateurs [3]). Pour ne pas agir trop à découvert, ils utilisent le vivier de djihadistes qu’ils ont créés, armés, financés dans les années 80 en Afghanistan pour combattre l’Union Soviétique, vivier que l’on appelle couramment Al Qaeda, mais qui n’est que l’ensemble des combattants entraînés puis armés par les États-Unis et leurs alliés islamistes que sont l’Arabie Saoudite et le Pakistan depuis plus de 30 ans.

L’Occident a inventé le terrorisme islamique globalisé et l’instrumentalise en fonction de ses objectifs géostratégiques. Partout où l’Occident cherche à prendre pied, des mouvements islamistes radicaux se développent. Pure coïncidence ou résultat d’une stratégie minutieusement mise en oeuvre ? Lisez Zbigniew Brzeziński [34] (conseiller pour la sécurité nationale de Carter) et vous aurez la réponse : il se vante, notamment, d’avoir fait tomber l’Union Soviétique grâce aux légions islamistes d’Al- Qaeda en Afghanistan dans les années 80. L’Occident a inventé et instrumentalisé le ‘choc des civilisations’ qui est sensé mettre en opposition l’Occident avec le monde musulman depuis la chute du mur de Berlin et la disparition de l’ennemi communiste.

Ce choc des civilisations n’est en fait qu’une justification idéologique commode pour masquer la guerre menée par les élites oligarchiques occidentales (et leurs alliés wahhabites) contre tous les peuples de la terre, les valeurs démocratiques et la paix. Parce que la paix n’est pas assez capitaliste, parce que la paix contrarie les rêves de grandeur d’une élite paranoïaque dont les citoyens n’ont manifestement jamais la possibilité de se débarrasser, que ce soit ici en Occident ou en Orient, les États-Unis cherchent à précipiter le monde dans une guerre permanente et généralisée, dont la Syrie, après la Libye et avant le Liban et l’Iran, n’est que la préfiguration accablante de ce qui nous attend : un monde où l’Empire règne sur le chaos, car il vaut mieux dominer des ruines que ne pas dominer du tout.

source – http://www.alterinfo.net/L-Occident-a-la-Conquete-du-Chaos-le-Cas-Syrien_a94319.html

Snowden: Washington a lancé 231 cyberattaques en 2011


PIRATAGE – Les services de renseignement américains ont lancé 231 cyberattaques en 2011, visant notamment l’Iran, la Russie, la Chine ou la Corée du Nord, affirme le Washington Post samedi 31 août, sur la base de documents fournis par Edward Snowden.

« Ces révélations (…) fournissent de nouvelles preuves que les ‘cyberguerriers’ de plus en plus nombreux de l’administration Obama infiltrent des réseaux informatiques à l’étranger et en perturbent le fonctionnement », écrit le quotidien, qui se fonde sur le budget secret des services de renseignement américains fournis par l’ex-sous-traitant de l’Agence de sécurité nationale (NSA).

Projet GENIE

Outre ces cyberattaques, des spécialistes « s’introduisent dans des réseaux étrangers pour les mettre sous un contrôle américain discret », poursuit le quotidien, évoquant un projet baptisé GENIE et dont le budget s’élève à 652 millions de dollars: Des logiciels malveillants ont ainsi été placés « chaque année dans des dizaines de milliers de machines ».

« D’ici la fin de l’année, GENIE devrait contrôler au moins 85.000 logiciels implantés dans des machines choisies stratégiquement tout autour du monde », contre environ 21.000 en 2008, selon les documents consultés par le quotidien.

« Les documents fournis par Snowden et des entretiens avec d’ex-responsables américains illustrent une campagne d’intrusion informatique bien plus importante et plus agressive que ce qui avait jusqu’à présent été envisagé », poursuit encore le Washington Post.

Menaces perfectionnées persistantes

Parmi les 231 cyberattaques menées en 2011, selon ces documents budgétaires, « près des trois quarts visaient des cibles de la plus haute importance, que d’anciens responsables identifient comme des adversaires comme l’Iran, la Russie, la Chine et la Corée du Nord ou des activités comme la prolifération nucléaire », ajoute le quotidien.

Le virus informatique Stuxnet, qui avait attaqué en 2010 le programme nucléaire iranien, avait été attribué par Téhéran à une attaque israélo-américaine.

Les Etats-Unis ont plusieurs fois appelé au cours des derniers mois la Chine à cesser ses activités de piratage informatique, mais « les services de renseignement américains utilisent de manière routinière dans le monde entier des logiciels malveillants bâtis par le gouvernement qui diffèrent assez peu dans leur fonctionnement des ‘menaces perfectionnées persistantes’ que les responsables américains attribuent à la Chine », pointe le Washington Post.

La principale différence, expliquent des responsables, « est que la Chine vole des secrets industriels américains pour un gain financier », poursuit le quotidien américain.

source – http://www.huffingtonpost.fr/2013/08/31/snowden-cyberattaques-washington-231_n_3848607.html?utm_hp_ref=france

‘Rebels’ Admit Responsibility for Chemical Weapons Attack



De la force de la raison, aux raisons de la force.PL.

the real Syrian Free Press

terrorist pimp in the Sheikh Maqsoud district of Aleppo_2

Militants tell AP reporter they mishandled Saudi-supplied chemical weapons, causing accident

~

Paul Joseph Watson – Infowars.com

~

~

Syrian rebels in the Damascus suburb of Ghouta have admitted to Associated Press correspondent Dale Gavlak that they were responsible for last week’s chemical weapons incident which western powers have blamed on Bashar Al-Assad’s forces, revealing that the casualties were the result of an accident caused by rebels mishandling chemical weapons provided to them by Saudi Arabia.

“From numerous interviews with doctors, Ghouta residents, rebel fighters and their families….many believe that certain rebels received chemical weapons via the Saudi intelligence chief, Prince Bandar bin Sultan, and were responsible for carrying out the (deadly) gas attack,” writes Gavlak. (back up version here).

Rebels told Gavlak that they were not properly trained on how to handle the chemical weapons or even told what they were. It appears as though the weapons were…

View original post 592 mots de plus

VIDEO. Syrie: Poutine au prix Nobel Obama : « Pensez-vous aux futures victimes ? »


Les Russes se réservent même le droit d’attaquer aussi un allié des américains si…

 

Allain Jules

Le président russe a exhorté les Etats-Unis de ne pas intervenir en Syrie, leur rappelant leurs opérations passées dans différentes régions du monde, et qui « n’ont résolu aucun problème. » Dans le même temps, Vladimir Poutine a adressé à Barack Obama un message, pas en tant que président américain mais en tant que lauréat du prix Nobel de la paix. A cet effet, il lui a demandé de « réfléchir aux futures victimes des bombardements en Syrie. » Il a exhorté, enfin, son homologue américain, à prêter attention à ces questions « avant de prendre une décision sur l’application des frappes aériennes » à la suite desquelles, il y aura des « victimes, y compris parmi la population civile. »

View original post 75 mots de plus

U.S. ‘backed plan to launch chemical weapon attack on Syria and blame it on Assad’s regime’


War games: An explosion in the Syrian city of Homs last month. It has been now been suggested that the U.S. backed the use of chemical weapons to spur international military intervention

According to Infowars.com, the December 25 email was sent from Britam’s Business Development Director David Goulding to company founder Philip Doughty.

It reads: ‘Phil… We’ve got a new offer. It’s about Syria again. Qataris propose an attractive deal and swear that the idea is approved by Washington.

‘We’ll have to deliver a CW to Homs, a Soviet origin g-shell from Libya similar to those that Assad should have.

‘They want us to deploy our Ukrainian personnel that should speak Russian and make a video record.

‘Frankly, I don’t think it’s a good idea but the sums proposed are enormous. Your opinion?

‘Kind regards, David.’

Britam Defence had not yet returned a request for comment to MailOnline.

https://i0.wp.com/web.archive.org/web/20130129213825im_/http://i.dailymail.co.uk/i/pix/2013/01/29/article-2270219-173CAE5E000005DC-457_634x269.jpg

The emails were released by a Malaysian hacker who also obtained senior executives resumés and copies of passports via an unprotected company server, according to Cyber War News.

Dave Goulding’s Linkedin profile lists him as Business Development Director at Britam Defence Ltd in Security and Investigations. A business networking profile for Phil Doughty lists him as Chief Operationg Officer for Britam, United Arab Emirates, Security and Investigations.

The U.S. State Department had not returned a request for comment on the alleged emails to MailOnline today at time of publication.

However the use of chemical warfare was raised at a press briefing in D.C. on January 28.

A spokesman said that the U.S. joined the international community in ‘setting common redlines about the consequences of using chemical weapons’.

A leaked U.S. government cable revealed that the Syrian army more than likely had used chemical weapons during an attack in the city of Homs in December.

The document, revealed in The Cable, revealed the findings of an investigation by Scott Frederic Kilner, the U.S. consul general in Istanbul, into accusations that the Syrian army used chemical weapons in the December 23 attack.

Eye witness accounts from the investigation revealed that a tank launched chemical weapons and caused people exposed to them to suffer nausea, vomiting, abdominal pain, delirium, seizures, and respiratory distress.

The symptoms suggest that the weaponized compound Agent-15 was responsible. Syria denied using chemical weapons and said it would never use them against citizens.

Speaking to Pentagon reporters at the time, Defense Secretary Leon Panetta said his biggest concern was how the U.S. and allies would secure the chemical and biological weapons sites scattered across Syria and ensure the components don’t end up in the wrong hands if the regime falls, particularly under violent conditions.

Government forces and rebels in Syria have both been accused by human rights groups of carrying out brutal warfare in the 22-month-old conflict, which has claimed more than 60,000 lives.

source – http://web.archive.org/web/20130129213824/http://www.dailymail.co.uk/news/article-2270219/U-S-planned-launch-chemical-weapon-attack-Syria-blame-Assad.html

U.S. ‘backed plan to launch chemical weapon attack on Syria and blame it on Assad’s regime’


  • Leaked emails from defense contractor refers to chemical weapons saying ‘the idea is approved by Washington’
  • Obama issued warning to Syrian president Bashar al-Assad last month that use of chemical warfare was ‘totally unacceptable’

Threats: Barack Obama said during a speech last month that if Syria used chemical weapons against its own people it would be 'totally unacceptable'

Leaked emails have allegedly proved that the White House gave the green light to a chemical weapons attack in Syria that could be blamed on Assad’s regime and in turn, spur international military action in the devastated country.

A report released on Monday contains an email exchange between two senior officials at British-based contractor Britam Defence where a scheme ‘approved by Washington’ is outlined explaining that Qatar would fund rebel forces in Syria to use chemical weapons.

Barack Obama made it clear to Syrian president Bashar al-Assad last month that the U.S. would not tolerate Syria using chemical weapons against its own people.

By Louise Boyle

|

source – http://web.archive.org/web/20130129213824/http://www.dailymail.co.uk/news/article-2270219/U-S-planned-launch-chemical-weapon-attack-Syria-blame-Assad.html

En janvier 2013, les services secrets américains planifiaient une attaque chimique en Syrie pour faire accuser Assad !


Le 29 janvier 2013, le site du Daily Mail, quotidien américain, révélait que, selon des informations émanant de hauts gradés de l’armée américaine, Obama avait donné son accord à une manip barbouzesque consistant à procéder à des attaques au gaz sarin en Syrie dans le but de faire accuser Bachar el Assad.Quelques jours plus tard, l’article était retiré du site et on ne le trouve plus aujourd’hui dans les archives du Daily Mail.

… Reste le formidable outil qu’est Wayback machine, un site très mal élevé qui a la mauvaise habitude d’archiver les anciennes versions de tout l’internet, sur lequel l’article est encore consultable: http://web.archive.org/web/20130129213824/http://www.dailymail.co.uk/news/article-2270219/U-S-planned-launch-chemical-weapon-attack-Syria-blame-Assad.html

Une lecture très instructive, à l’attention notamment de tous les imbéciles va-t-en guerre qui croient encore aux prétextes humanistes brandis la main sur le coeur par les cyniques gouvernants de ce triste monde !

Vendredi 30 Août 2013