Dieudonné, banni de Perpignan ?

Le déni de la honte … l’ humour serait il a jamais INTERDIT dans le pays de la langue de MOLIERE ?

Il faut le lire pour le croire … Le FOX stoppé !!! on croit se trouver dans un rêve de très mauvais goût.

Le maire de Perpignan refuse que l’humoriste Dieudonné se donne en spectacle dans sa ville.

Il a pris un arrêté municipal afin que la dernière du spectacle Foxtrot ne soit pas jouée à Perpignan. Selon lui, cela pourrait nuire aux habitants et provoquer de nombreux troubles.Dieudonné n’est pas le bienvenu à Perpignan. Le maire de la ville, Jean-Marc Pujol (UMP), a pris un arrêté pour y interdire le spectacle de l’humoriste, qui doit avoir lieu le 31 mai. Selon ce dernier, interrogé hier par l’AFP, cette décision est motivée « par les propos négationnistes, racistes, antisémites de M. Dieudonné, largement renouvelés. » Il a aussi ajouté que « tout ce qui est de nature à créer la division entre les Perpignanais est quelque chose qui m’inquiète. »

Même accueil à Bordeaux et Saint-Etienne
Avant la représentation du spectacle de l’humoriste, Alain Juppé, le maire de Bordeaux, a lui aussi demandé à la préfecture ce qu’elle pensait de l’arrivée de ce dernier dans sa ville. La préfecture, confiante, avait autorisé le spectacle en rassurant monsieur le maire : ce show ne représente pas de risque sérieux de trouble à l’ordre public.

Mi-février, le maire de Saint-Étienne, Maurice Vincent (PS), avait également demandé l’annulation de la prestation de Dieudonné. Cependant, il n’avait pas pris d’arrêté municipal. Finalement, dans les deux cas, la représentation a eu lieu, sans aucune embûche, ni aucun trouble.

L’accord de libre-échange transatlantique ? la tromperie du siècle …

L’accord de libre-échange transatlantique ? l’ erreur du siècle ou l’ Europe perdra tout son devenir …

Mes chères contrariées, mes chers contrariens !

Voici certainement l’un des sujets les plus importants des années à venir. Les négociations ont déjà commencé entre l’Europe et les États-Unis et ce dans la plus grande des opacités !

C’est le journal L’Humanité, le quotidien communiste, qui revient sur ce sujet avec un article qui lui est consacré et surtout, surtout l’un des premiers documents de travail consacré à ce sujet, confidentiel, mais que le journal a réussi à se procurer.

Que nous raconte L’Humanité !

« La base de travail pour l’accord de libre-échange transatlantique que l’Humanité.fr s’est procuré et que nous publions est claire : José Manuel Barroso, le Président de la Commission européenne, est prêt à satisfaire les envies des États-Unis de renforcer leur présence économique et commerciale sur le continent européen. »

Vous devez comprendre que les États, et donc la France, ont en réalité missionné l’Union Européenne pour négocier à notre place et au nom de l’ensemble des États membres de l’Europe.
Notre gouvernement « socialiste » (le mot socialiste est très important dans ma phrase mais surtout les guillemets !) va donc, juste pour la forme, défendre l’exception culturelle cinématographique française. On est tous pour le cinéma français ! C’est vrai quand même, pouvoir regarder Jo à la télé ou encoreJoséphine Ange Gardien ça c’est un combat que nous devons tous mener. Nous devons être unis mes chers camarades pour soutenir notre gouvernement et l’aider à sauver le cinéma français et le régime spécial des intermittents du spectacle que vous payez avec vos impôts !

Oui mes braves citoyens français, grâce à la loi Fioraso, vos enfants parleront anglais en cours, boufferont des Big Mac jusqu’à en crever de cholestérol, fumeront des « Malbo », partiront en vacances en Boeing, rouleront en Chevrolet, utiliseront Windows, Google et Facebook, … MAIS… nous aurons sauvé Joséphine Ange Gardien, et là, franchement, je suis rassuré car je commençais à avoir drôlement peur pour ma soirée TV du mercredi soir.

Ouf…

Allez, poursuivons avec notre article de L’Humanité. C’est rare que je cite L’Humanité dans mes colonnes mais là je dois dire que je me sens une âme de révolutionnaire qui voit rouge…

« La Commission annonce des gains économiques significatifs : de 119,2 milliards de dollars pour l’UE et de 94,2 milliards de dollars pour les États-Unis… à condition d’éliminer toutes les « entraves » au libre-échange, barrières non tarifaires pour commencer (voir notamment page 7, point 9). »

Oh là , ils sont forts quand même à la Commission. Vous vous rendez compte ? Tout le monde va gagner des sommes folles, et par les temps qui courent, on a tous besoin de sous (hein ma pauv’ dame…) mais nous, en Europe, on va gagner plus qu’eux aux USA. Ce qui est drôle c’est qu’aux USA ils font le calcul inverse… J’en rigole (jaune) encore.

Donc évidemment l’important c’est ce petit alinéa : « éliminer toutes les « entraves » au libre-échange, les barrières non tarifaires pour commencer »…

Et à votre avis, c’est quoi une barrière non tarifaire hein ?

C’est par exemple notre législation sur les OGM… Hum, c’est bon les OGM, surtout pour la santé des rats…

C’est nos fromages au lait cru que l’on veut nous faire cuire… Qui l’eut cru ? Franchement !! Mais l’industrie du fromage en pâte vendu dans des tubes de dentifrice, c’est la norme aux USA et c’est un très grand marché !

Voici comment L’Humanité conclut son article consacré à ce sujet :

« Ce projet comporte donc aussi, et surtout, de nombreux risques. Tout d’abord, pour qu’il y ait accord, les Européens devront renoncer à un grand nombre de leurs normes (juridiques, environnementales, sanitaires, culturelles…). Ensuite, les standards invoqués sont ceux de l’Organisation mondiale du commerce. En réalité, une bataille se joue actuellement à ce niveau. Les États-Unis sont, dans le même temps, engagés dans des négociations de partenariat transpacifique en vue de conclure un accord de libre-échange. Quel est l’objectif ? « S’assurer que le capitalisme version occidentale reste la norme mondiale et pas le capitalisme d’État chinois », comme l’a indiqué Bruce Stokes, du German Marshall Fund of the United States. Autrement dit : imposer leurs normes aux dépens des règles européennes jugées trop contraignantes (voir notamment pages 10-11, point 18). »

« Des cadres juridiques, sanitaires, environnementaux… jusqu’au droit du travail, par « ricochet », c’est tous les pans de la société européenne qui sont visés. »

L’Humanité a raison même si ce n’est pas pour de bonnes raisons

Dans une époque où l’on vante le multiculturalisme et la défense des diversités de toute sorte, je suis assez surpris qu’il n’y ait plus personne pour défendre le mode de vie européen et son art de vivre, je suis surpris qu’il n’y ait plus personne fier du « french way of life » car oui, il y a aussi un mode de vie français qui mérite d’être défendu, de notre rapport à la protection de l’environnement à notre patrimoine qu’il soit linguistique, architectural, culinaire ou autre, il y a dans notre pays de très belles choses et de très belles idées à défendre.
Alors je préfère vous prévenir mes chers contrariens, vous allez m’entendre pester, tempêter et vociférer dans les mois qui viennent car oui, cet accord est dangereux pour nous, raison pour laquelle dans notre grande démocratie on ne nous demandera sans doute pas notre avis… Nous risquerions de dire NON !

Charles SANNAT

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com

source : http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-l-accord-de-libre-echange-transatlantique-il-faut-sauver-mimie-mathy-.aspx?article=4383267054G10020&redirect=false&contributor=Charles+Sannat&mk=2

Lire l’article de l’Humanité

Voir le document confidentiel de préparation des négociations de l’Union Européenne en PDF

L’exception in-kulturel française !!

Les cons ça ose tout

La culture et l’éducation doivent revenir au centre des préoccupations

Au moment où les députés votent la loi Fioraso sur les cours en langue anglaise dans nos universités pour rendre les facs françaises attractives, il faut bien se rendre compte que derrière l’exception culturelle française, nous faisons face en réalité à la normalité in-culturelle !

Réduction de pensées complexes à 140 caractères grâce aux pôgrèès de Twitter.
Réduction de la pensée à travers un « mauvais anglais » extrêmement réducteur venant saper la richesse de la langue française.
Réduction de la pensée à travers une école s’apparentant de plus en plus à une garderie qu’à un lieu d’apprentissage des savoirs.
Réduction de la pensée via les SMS sur le même principe que Twitter.
Réduction de la pensée via les séances de lobotomisation collectives de la télé en particulier des émissions de télé-réalité et les séries made in América où le but du jeu est de vous faire partager au plus près le travail du médecin légiste qui découpe des macchabées en gros plans, que ce soit celui des experts Miami, New-York, San Francisco ou Los Angeles. Même les séries françaises découpent leur cadavre, je pense à la dernière en date sur laquelle je sois tombé « Jo » !

Réduction de la pensée, augmentation de la violence à la télé, tout cela nous conduit inexorablement vers une réduction massive de l’intelligence collective à laquelle personne ne trouve rien à redire.

Oubliée l’économie de la connaissance dont on nous rabâche les oreilles !

Il faut former pour être compétitif dans ce nouveau monde de l’économie de la connaissance !
Il faut innover ! Déposer des brevets !
Il faut être créatif !
Il faut monter en gamme pour faire comme les Zallemands !

Mais tout cela demande de la culture, du savoir, à un moment où nous ne donnons qu’une sous-kulture au plus grand nombre.

Charles SANNAT

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement http://www.lecontrarien.com

http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-l-exception-in-kulturel-francaise–.aspx?article=4380590036G10020&redirect=false&contributor=Charles+Sannat&mk=2

Lire l’article de Rue89 et voir quelques vidéos de ma populace chez Virgin

Une dépêche AFP sur un Virgin de province

Voir une conférence édifiante de Michel Desmurget sur l’impact de la TV sur vos enfants!

Adieu la France …

Après les dépeceurs de la droite Sarkozyenne, les fossoyeurs de Flamby la guimauve finissent le travail!

La démocratie a la sauce française doit vraiment haïr le peuple de France, ce n’est d’ailleurs pas sans délectation que l’organe de presse Russe « voix de la Russie » s’en donne a cœur joie!

voir vidéo sur le site source :

pour rajouter une couche , c’est dans un silence assourdissant que le sénat vient de voter le retour de germinal:

Le Sénat vote la fin du CDI et tout le monde s’en fout !

14 mai 2013, la loi sur « la sécurisation de l’emploi » a été votée au Sénat, par 169 voix contre 33. La fin du CDI et tout le monde s’en moque… Pas une manifestation dans la rue, nada ! Pas le moindre sénateur pendu non plus… Les moutons ne voient pas l’abattoir que l’on construit devant la bergerie.

Le CDI vous préservait des licenciements sauf en cas de « cause sérieuse et réelle ». En clair, à moins d’une faute grave ou d’une inaptitude au travail, la seule chose que pouvait tenter votre patron était de vous pousser au suicide comme chez France Télécom…

Aujourd’hui, le boss pourra vous virer pour avoir refusé de changer de poste, pour avoir refusé de changer de lieu de travail, y compris de l’autre coté de l’Hexagone… Ou simplement s’il vous juge « incompétent » !

Le CDI prévoyait l’impossibilité de baisser votre rémunération sans votre accord. Le boss pouvait demander. Certains ont essayé… 
Grâce à notre Sénat, refuser une baisse de salaire (jusqu’au SMIC) devient un motif valable pour vous faire pointer à Pôle emploi (article 18 de l’accord national interprofessionnel – ANI).

Finalement, c’est quoi cette… chose ? 
Rien de moins que la mise au pas de la France par la Commission européenne en matière de droit du travail et la destruction d’un acquis vieux de 20 ans.
 C’est l’échine courbée jusqu’à la brisure de vertèbres devant l’ultra-libéralisme. Un grand jour pour le MEDEF.

Comme d’habitude, les travailleurs ont été trahis par plusieurs syndicats (CFDT, CFE-CGC, CFTC) puisque cette loi n’est que la retranscription de l’ANI signé entre lesdits syndicats et le patronat le 11 janvier 2013. FO et la CGT l’ont refusé, encore heureux…

Chaque fois que les syndicats parlent des organisations patronales comme « des partenaires sociaux », c’est déjà joué.

 Dans 1984, la dictature décrite par Orwell utilisait des slogans comme: « La guerre, c’est la paix. La liberté, c’est l’esclavage. » 
Tout aussi fort, le hollandisme révolutionnaire ajoute ceci : « La fin du CDI, c’est la sécurisation de l’emploi. »

Au Sénat, les communistes sont les seuls à avoir voté contre.
 Comme à son habitude, l’UMP a botté en touche, intrinsèquement lâche, en choisissant de s’abstenir. Il ne faudra pas les oublier ceux-là non plus, le jour du grand nettoyage au Kärcher de la scène politique.
 Comme à son habitude, c’est le PS qui s’y colle pour faire reculer les acquis sociaux…
Franck Vinrech

source : http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-adieu-la-france.aspx?article=4382503590G10020&redirect=false&contributor=denissto&mk=2

Une question de budget …

Le concept de « Budget », pour l’Etat et pour vous …

Le terme “budget” n’a pas le même sens pour vous et pour un gouvernement, parce qu’un gouvernement ne budgétise pas ses dépenses et ses recettes de la meme manière que vous.

 Le commun des mortels regarde ce qu’il a et decide ensuite de ce qu’il va dépenser.   Un gouvernement, au contraire, decide d’abord de ce qu’il va dépenser et tente ensuite de récupérer sur  ses contribuables tout ce qu’il arrive à leur soutirerEt  si il n’arrive pas à trouverassez”, il va simplement voir les banques ou la banque centrale sous sa coupe pour faire la jointure.

 William Buckler

Par Réflexion du jour

source : http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-le-concept-de–budget–pour-l-etat-et-pour-vous.aspx?article=2897076710G10020&redirect=false&contributor=R%C3%A9flexion+du+jour&mk=2