Tomas Young, vétéran de la guerre en Irak

Tomas Young, vétéran de la guerre d’Irak et grièvement blessé au combat lit une lettre adressée à l’ancien président US W.Bush et Dick Cheney qu’il accuse d’être responsable de la « pire erreur stratégique américaine de de l’histoire ».

cptanderson

source et vidéo : http://www.info-libre.fr/international/tomas-young-veteran-de-la-guerre-en-irak-lit-une-lettre-a-lattention-de-w-bush-et-a-cheney/

Shut In, Shut Down, Shut Up : Three Years after Mavi Marmara …

« Three years ago, the Free Gaza movement was wrapping up final preparations for a flotilla of eight ships to head out to Gaza, determined to break Israel’s illegal siege on 1.5 million Palestinians shut into an open-air prison. Most of us were already in Cyprus or Turkey or Greece, as we were the primary organizers, having already sent eight voyages, five of them successful in 2008.

Why a flotilla of boats?

During Israel’s horrific massacres against the people of Gaza (called Operation Cast Lead) in December 2008/January, 2009, our boat, the DIGNITY, had been rammed off the coast of Lebanon as we were taking medical personnel into Gaza. The boat later sank in a storm off the coast of Cyprus.

Then, in July 2009, Israel brutally attacked the “Spirit of Humanity,” even though Nobel Peace Laureate, Mairead Maguire, and former Congresswoman, Cynthia McKinney were on board. The Israeli government stole the boat, threw passengers into Israeli prison and, laughably, deported them eight days later, because “passengers had illegally entered Israel.” It was the first time the Israeli commandoes had actually boarded one of the boats as opposed to ramming them or trying to sink them.

We realized a new approach would have to be designed, one that would include more vessels, more passengers and more media exposure to the brutal closure of Gaza. Sailing one boat at a time was not going to get the message out to the world that Israel was blockading the people of Gaza and committing crimes against humanity.

It took Free Gaza a year to organize. We traveled to Sweden, Norway, France, Turkey, Greece, many Middle Eastern countries, Tunisia, Spain, Malaysia, the UK, the US and Germany. We helped Palestinian support groups raise money and send out the message that the next voyage would have to be organized with worldwide support. We succeeded beyond our wildest imagination, as organizations and individuals got on board the mission, raised money from people around the world, and bought the boats… eight in all, from the boats purchased by the Turkish charity, IHH, to the boats ready to go from Greece, Sweden, Ireland, Malaysia and the U.S.

Our own boats, Challenger 1 and Challenger 2 plus the cargo ship, the Rachel Corrie, were on their way to the meting place off the coast of Cyprus. The Rachel Corrie, bought with money from a charity in Malaysia had finally left Ireland, its propeller pin suspiciously dropping out just days before leaving, causing the ship to be delayed for days. Had the final inspection not caught the problem, the propeller would have flown off, damaging the boat and putting the passengers and cargo at risk. The Rachel Corrie would not make it in time to join the flotilla but would try to get into Gaza five days later, only to be boarded by Israeli commandos, the passengers brutalized and left in the sun, then thrown into prison.

The six of us in the media office in Cyprus were fielding calls, trying to keep track of passengers and where they were going to board…and also trying to pacify the Cypriot authorities, who were no longer willing to have our boats leaving their shores… too much Israeli money had come into Cypriot departments over the year, and the doors that had been so welcoming to us, were beginning to close.

As the boats headed out to the meeting place, our two yachts were suddenly dead in the water, clearly a result of sabotage, as the Israelis bragged about it.

After the pin had come out of the Rachel Corrie propeller, it was obvious that one way Israel was going to shut down the flotilla was to make sure boats never left port (during Freedom Flotilla II in 2011, that’s exactly what Israel accomplished, thanks to outsourcing the occupation to Greece and shutting down the entire flotilla of nine boats).

Now, both of our yachts had the same gasline problem at the same time in the middle of the Mediterranean. One was never able to join the flotilla (after taking months to repair, it finally became the Irish ship, Saoirese, that sailed with the Canadian boat, the Tahrir and was violently boarded in November, 2011 by Israeli commandos who tried to sink them with water canons).

We could not have imagined in the days running up to the murderous attacks on our passengers on May 31, 2010 that the Israeli government, in spite of ordering the ramming of the DIGNITY and the vicious boarding of the SPIRIT OF HUMANITY, they would actually send armed commandos onto all six boats, beating up many passengers, wounding over 50 of them, and murdering nine, all while the boats were in international waters.

Shutting Us Up

In an attempt since then to make the attackers look as though they are the victims, the Israeli PR machine has been working overtime to spin the story. Here are just three of the many lies told by PR shill, Mark Regev and top Israeli military men. »

mavi_marmara_attack

« Shut In, Shut Down, Shut Up » by Greta Berlin

– Greta Berlin is one of the five co-founders of the Free Gaza movement (www.freegazamovement.com) and was on one of the first two boats to arrive in Gaza in August, 2008. She was the primary spokesperson for Freedom Flotilla 1 in May 2010, appearing on international media in Europe, the Middle East and the United States when the flotilla was attacked by Israeli commandos. She is the co-author of Freedom Sailors, a book about that first trip and how activists made it to Gaza in spite of huge obstacles. She contributed this article to PalestineChronicle.com.

source : http://palestinechronicle.com/shut-in-shut-down-shut-up-three-years-after-mavi-marmara/#comment-2964

Nakba: 65 ans d’ injustice, 65 ans de résistance.

« 65 ans de dépossession. »

« Le 15 mai 1948, la Palestine est rayée des cartes au lendemain de la proclamation de l’Etat d’Israël que la communauté internationale s’est empressée de reconnaître. Dans les mois qui ont précédé et suivi ce jour funeste, des centaines de villes et villages palestiniens furent détruits par les forces armées sionistes, forçant deux tiers de la population palestinienne à prendre la route de l’exil.

La Nakba (catastrophe) palestinienne n’est pas juste une période révolue, c’est une entreprise systématique de déracinement des Palestiniens de leur terre et de répression pour les priver de toute expression politique propre.

Preuve en est, les nombreux massacres commis par l’Etat colon depuis 1948. Preuve en est, la colonisation continue en Cisjordanie et l’épuration ethnique qui se poursuit encore aujourd’hui, à Jérusalem ou dans le Naqab (Néguev). Preuve en est, du blocus et des bombardements que les habitants de Gaza subissent depuis plusieurs années. Preuve en est encore, du Mur qui défigure la Palestine, privant les Palestiniens de leurs terres et participant à la ghettoïsation de régions entières.

Cette agression a rencontré une résistance elle aussi continue, en se réorganisant sans cesse dans l’exil ou sous occupation.

Nous l’avons vu à Gaza en novembre dernier; la résistance palestinienne a su faire face à l’ennemi malgré le blocus et les bombardements. Nous la voyons dans les prisons de l’occupant, les prisonniers palestiniens armés de leurs simples estomacs, ont mené des grèves de la faim qui ont fait reculer l’ennemi plus d’une fois. Nous le voyons aussi, chaque semaine dans les campagnes où les paysans palestiniens manifestent contre les colons armés, et luttent contre l’expropriation de leurs terres.

65 ans déjà. Plusieurs générations se sont succédées, mais la mémoire palestinienne n’en reste pas moins vive, et la jeunesse palestinienne est aujourd’hui marquée dans sa chair et dans son sang par un désir de résistance, de retour et de libération. »

source : http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2013/05/14/nakba-65-ans-de-depossession-rassemblement-le-18-mai-2013-a-15h-a-paris/

https://raimanet.wordpress.com/2013/05/05/15-05-1948-exode-palestinien-la-nakba/

Les adeptes des tortures de toutes natures …

IsrAmérica, le temple des tortures de toutes natures … qui ne dit mot, consent … a ce que la torture soit !

« Des médecins israéliens accusés de complicité de torture »

« De nombreuses questions ont été soulevées au sujet de l’implication de docteurs israéliens dans la torture présumée d’un jeune détenu Palestinien décédé en détention le mois dernier.

Par Sharmila Devi , 9 mars 2013

La mort d’un détenu palestinien dans des circonstances contestées dans une prison israélienne a relancé la controverse de longue date au sujet des allégations de complicité de torture par des médecins et renouvelé la colère palestinienne à propos des 4600 prisonniers estimés détenus par Israël. L’ Association Médicale Israélienne (IMA) a nié que des professionnels médicaux aient été impliqués dans des tortures ou abus et a déclaré qu’à sa connaissance, la torture n’était pas approuvée ou utilisée par les forces de sécurité ou prisons israéliennes. Cependant, les défenseurs des droits de l’Homme déclarent que les prisonniers palestiniens souffrent depuis longtemps de passages à tabac, privations de sommeil, menottages prolongés et douloureux, humiliations et de négligence médicale – considérés comme de la torture selon les standards internationaux.
Arafat Jaradat, un pompiste de 30 ans, père de deux enfants, a été arrêté le 18 février parce qu’il était soupçonné d’avoir jeté des pierres et des cocktails Molotov durant une manifestation contre l’action militaire israélienne dans la bande de Gaza qui s’est déroulée en Cisjordanie en novembre dernier. Les palestiniens déclarent que son arrestation et son interrogatoire, des mois après la manifestation, font partie d’une ancienne politique israélienne visant à forcer les prisonniers à devenir des informateurs après leur libération.
Les leaders palestiniens déclarent que quelques 800 000 palestiniens ont été détenus par les forces israéliennes depuis 1967, et que Jaradat a été le 203ème prisonnier à mourir. Il est décédé, après plusieurs jours d’interrogatoire menés par les services de sécurité interne du Shin Bet israélien, le 23 février à la prison israélienne de Megiddo. Une autopsie a été pratiquée le jour suivant à l’Institut médico-légal d’Israël, en présence de Saber Aloul, le pathologiste en chef de l’autorité palestinienne, qui a déclaré que des traces de coups sur le corps était la preuve de torture.
Le ministère de la santé israélien a déclaré le 28 février, après examen de nouvelles découvertes suite à l’autopsie, qu’il n’y avait pas de preuve démontrant que Jaradat ait subi des abus physiques ou ait été empoisonné, et qu’il n’était pas non plus possible de déterminer la cause de sa mort.
Les autorités israéliennes avaient initialement attribué sa mort à une crise cardiaque et déclaré que les bleus et côtes cassés étaient « des signes caractéristiques d’une réanimation, celle que l’équipe médicale du Service de la Prison Israélienne et Magen David adom (équivalent de la croix rouge israélienne ndlt) a pratiqué pendant 50 minutes en tentant de sauver sa vie. » Des échantillons supplémentaires prélevés sur le corps étaient toujours le fruit d’analyses microscopiques et toxicologiques et les résultats n’étaient pas attendus avant plusieurs semaines.
«  Les signes apparus lors de l’autopsie montrent clairement qu’il a été soumis à de violentes tortures ayant directement entrainé sa mort »,  a déclaré Issa Qaraka, Ministre palestinien des affaires relatives aux prisonniers, lors d’une conférence de presse tenue à Ramallah, après s’être entretenu avec le pathologiste palestinien ayant assisté à l’autopsie. Kamil Sabbagh, avocat de Jaradat, avait dit à un juge militaire israélien deux jours avant la mort de son client, qu’il était forcé à s’asseoir durant de longues périodes d’interrogatoire, s’était plein de douleurs dorsales, et semblait terrifié à l’idée de retourner dans le centre de détention du Shin Bet dans lequel il était emprisonné. Le juge a ordonné un examen par un docteur de la prison. Jaradat est mort à la prison de Megiddo alors qu’on ignorait à quel moment il y  avait été transféré .
Dereck Summerfield, Maître de conférence honoraire à l’Institut de psychiatrie de l’Université de Londres, engagé dans la lutte contre ce qu’il appelle les violations des droits de l’homme par les médecins israéliens, a déclaré qu’il voulait connaître le rôle joué par les docteurs dans les circonstances de la mort de Jaradat. « Selon les propres dires d’Israël, Jaradat a été vu par des docteurs israéliens deux jours plus tôt et ils l’ont déclaré en bonne santé. La question médical éthique principale est pour quoi ces docteurs l’ont examiné, sinon pour vérifier s’il pouvait supporter la torture » a-t-il dit à The Lancet. « C’est précisément ce pourquoi la campagne concernant la complicité médicale avec la torture en Israël a été lancée en 2009 et continue d’être mise en œuvre. »
L’IMA a déclaré  dans un communiqué : « L’IMA s’oppose avec véhémence à la revendication selon laquelle des professionnels médicaux sont impliqués dans des actes de tortures ou d’abus, et nous allons continuer à faire tout ce qui est possible avec les moyens à notre disposition, pour informer les médecins de leur obligation de dénoncer et de se conduire de façon appropriée. »
L’IMA et les organisations de défense des droits de l’Homme ont appelé à ce que la responsabilité de la santé des prisonniers soit retirée au Service de Prison d’Israël (IPS) et transférée à une entité extérieure telle que les organisations de maintien de santé (HMO) ou le Ministère de la santé, qui a mis en place il y a un an un comité permanent auquel les médecins peuvent rapporter les soupçons de torture. « Il est vrai que chaque docteur fait face a un conflit d’intérêt entre le patient et le système dans les HMOs et aussi dans l’armée », a déclaré Avinoam Reches, à la tête du bureau d’éthique de l’IMA, au journal Ha’aretz. « Mais dans le cas du IPS, le problème est grave car le traitement est donné à des personnes qui n’ont aucune liberté de choix quoiqu’il en soit. »
Les Palestiniens et les groupes de défense des droits de l’Homme demandent une enquête indépendante sur la mort de Jaradat. »

Traduction : Julie V. et Michèle S. pour l’Agence Média Palestine

source : http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2013/05/12/des-medecins-israeliens-accuses-de-complicite-de-torture-2/

Source en anglais